Fidel réflexions »

QUAND LA MONTAGNE ACCOUCHE D’UNE SOURIS

QUAND LA MONTAGNE ACCOUCHE D'UNE SOURIS

Bush était tout réjoui d’avoir Lula à sa droite au dîner de vendredi. Hu Jintao, qu’il respecte du fait de l’immense marché que représente son pays, de sa capacité à produire des biens de consommation bon marché et de l’ampleur de ses réserves en dollars et en bons du trésor étasuniens, il l’avait assis à sa gauche.

Fidel réflexions »

LA RÉUNION DE WASHINGTON

LA RÉUNION DE WASHINGTON

Certains des gouvernements qui nous soutiennent ne manquent pas de dire, à en juger par des déclarations récentes, qu’ils le font pour faciliter la transition à Cuba. Transition vers où ? Vers le capitalisme, le seul système auquel ils croient comme à un dogme. Pas la moindre reconnaissance envers le mérite d’un peuple qui, en butte à presque un demi-siècle de sanctions économiques et d’agressions cruelles, a défendu une cause révolutionnaire qui, de pair avec sa morale et son patriotisme, lui a donné des forces pour résister.

Fidel réflexions »

Le troisième cyclone

Le troisième cyclone

Il peut s’affaiblir. En tout cas, il a commencé à pleuvoir sur presque tout le territoire national, sur des zones agricoles déjà saturées d’humidité à cause des pluies récentes et sur des barrages déjà bien remplis par suite des cyclones Gustav et Ike, dont il faudra déverser les eaux dans les vallées et les champs cultivés, comme cela s’est passé fin août début septembre. Ce cyclone-ci a été baptisé du nom trompeur de Paloma.

Fidel réflexions »

Les élections du 4 novembre

Les élections du 4 novembre

Demain sera une journée très importante. L’opinion mondiale sera attentive aux élections aux USA. Il s’agit de la nation la plus puissante de la planète. Alors qu’elle ne compte que 5 p. 100 de la population mondiale, elle absorbe pourtant tous les ans d’énormes quantités de pétrole et de gaz, de minerais, de matières premières, de biens de consommation et de produits sophistiqués provenant de l’étranger, dont beaucoup,  notamment les carburants et les minerais, ne sont pas renouvelables.

Fidel réflexions »

Ma rencontre avec Lula

Ma rencontre avec Lula

Ce n’est pas l’injection d’argent aux pays en développement que je
critique en soi dans mes Réflexions d’hier, selon l’interprétation de
certaines dépêches de presse.

Fidel réflexions »

La pire variante

La pire variante

Le Fonds monétaire international, lui ? mais c’est blanc bonnet et bonnet blanc ? annonce l’injection de sommes élevées au profit de ses clients d’Europe de l’Est.  Ainsi, la Hongrie a reçu l’équivalent de vingt milliards d’euros, dont une bonne partie en dollars provenant des Etats-Unis.  Ainsi, la planche à billets ne chôme jamais et le FMI ne cesse pas d’octroyer ses prêts léonins.

Fidel réflexions »

L’analphabétisme économique

L'analphabétisme économique

Chávez a parlé à Zulia du « camarade Sarkozy », non sans ironie, mais sans intention de blesser le président en exercice de l’Union européenne : compte tenu de ce que ce dernier a affirmé à Beijing, c’était plutôt une sorte d’hommage à sa sincérité.

Fidel réflexions »

L’Eglise orthodoxe russe

 L'Eglise orthodoxe russe

Elle est une force spirituelle. A des moments critiques de l’histoire
russe, elle joua un  rôle important. Quand le pays dut lancer sa grande
guerre patriotique après l’attaque traîtresse des nazis, Staline
recourut à elle en soutien des ouvriers et des paysans que la
Révolution d’octobre avait rendus maîtres des usines et de la terre.

Fidel réflexions »

Inouï!

Inouï!

Dimanche 12 octobre, à l’initiative du président français, Sarkozy, les pays de la zone Euro ont décidé d’un plan anticrise.

Lundi 13,  on annonçait que les pays européens lanceraient des quantités d’argent astronomiques sur le marché financier pour en éviter l’effondrement. Devant ces nouvelles surprenantes, les actions sont reparties à la hausse.

Fidel réflexions »

La vérité en bataille et l’ouvrage de Martín Blandino (Troisième et dernière partie)

La vérité en bataille et l'ouvrage de Martín Blandino (Troisième et dernière partie)

A mesure que les combats dramatiques se déroulaient à Cangamba, nous constations que l’ennemi avait bien plus qu’une simple action isolée en tête. Mais il fallait tout d’abord sauver les internationalistes cubains et les hommes de la 32e brigade des FAPLA.