Actualité »

Nous sommes le pays qui s’est employé à résister et à vaincre

Cuba jovenesLa politique d’hostilité du gouvernement du président sortant des États-Unis, Donald Trump, (2017-2021), contre Cuba, s’est traduite par des mesures et des actions sans précédent. Toutes les sphères de notre société, ainsi que la vie quotidienne des citoyens ont été frappées par cette agression, qui s’est accentuée dans le contexte de la pandémie. Au cours de ses quatre années de mandat, plus de 240 mesures ont été adoptées, qui avaient pour but d’entraver les principales sources de revenus et de créer des obstacles à nos relations commerciales.

Les rapports du Département d’État sur les droits de l’Homme, la liberté religieuse, la traite des personnes et le terrorisme ont renforcé la rhétorique à l’encontre de Cuba et les tentatives de discréditer l’Île dans ces domaines. L’inclusion dans des listes arbitraires et unilatérales a poursuivi le même objectif : diaboliser Cuba et satisfaire les exigences des secteurs anti-cubains.

Comme l’a déclaré le président cubain le 17 décembre 2020, lors de la clôture de la 6e Période ordinaire de sessions de l’Assemblée nationale du Pouvoir populaire, dans sa 9e législature : « Ils se sont obstinés à nous tuer, mais nous sommes obstinés à vivre et à gagner. Cuba vivante est allée au-delà de ses propres possibilités ».

Chronologie de certaines des mesures de l’administration Trump contre le peuple cubain

2017

8 juin : Le Bureau de contrôle des avoirs étrangers du Département du Trésor (OFAC) inflige une amende à la société American Honda Finance Corporation, à hauteur de 87 255 USD, pour avoir approuvé 13 contrats de location de voitures entre l’ambassade de Cuba au Canada et un concessionnaire de Honda à Ottawa.

16 juin : Trump signe un mémorandum présidentiel abrogeant les accords d’Obama avec Cuba.

26 juin : L’OFAC impose une amende de 148 698 dollars à la société étasunienne American International Group pour avoir fourni une couverture d’assurance pour plusieurs envois de marchandises à destination ou en provenance de Cuba.

8 septembre : Donald Trump signe un mémorandum prolongeant d’un an l’application de sanctions économiques dans le cadre juridique établi par la Loi sur le commerce avec l’ennemi.

26 septembre : L’OFAC interdit un don à une ONG à Cuba parce que le navire transportant la cargaison appartient à la compagnie étasunienne Norwegian Cruise Line Holdings Ltd.

29 septembre : Suspension de la délivrance des visas au consulat de La Havane.

8 novembre : Le Département d’État annonce la création de la Liste des entités cubaines frappées de restrictions, qui comprend 179 entreprises avec lesquelles il est interdit aux citoyens étasuniennes d’effectuer des transactions financières directes.

L’OFAC annonce des modifications réglementaires au programme de sanctions cubain : suppression des voyages éducatifs individuels dits « de peuple à peuple ».

Le Bureau de l’industrie et de la sécurité (BIS) établit une politique générale de refus des demandes de licences pour certains articles d’exportation qui pourraient être utilisés par des entités et filiales figurant sur La liste des entités cubaines frappées de restrictions.

3 octobre : Expulsion de 15 fonctionnaires de l’ambassade de Cuba à Washington.

17 novembre : L’OFAC inflige une amende à la société belge BCC Corporate S.A. de 291 825 USD, pour avoir vendu des cartes de crédit utilisées pour faire des achats à Cuba.

2018

22 février : Donald Trump émet un Décret présidentiel visant à prolonger l’état d’urgence nationale qui étend jusqu’en 2019 la capacité du gouvernement à réglementer le mouvement et le mouillage des navires qui, dans ses eaux territoriales, se rendront ou sont susceptibles de se rendre à Cuba.

10 septembre : Trump signe un mémorandum prolongeant d’un an l’application des sanctions économiques contre Cuba dans le cadre juridique établi par la Loi sur le commerce avec l’ennemi.

5 octobre : L’OFAC inflige une sanction de 5 263 171 dollars à la banque J.P. Morgan Chase pour avoir effectué des transactions et fourni des services non autorisés à des clients figurant sur la Liste des personnes spécialement désignées et interdites entre 2008 et 2012.

15 novembre : Le Département d’État met à jour la Liste des entités cubaines frappées de restrictions, en y ajoutant 27 nouvelles entreprises, soit un total de 206.

19 novembre : La Banque française Société Générale S.A. accepte de payer une amende de 1 340 231 916,05 USD à l’OFAC pour avoir réalisé 796 transactions concernant Cuba.

2019

16 janvier : Le Département d’État annonce sa décision de suspendre pendant 45 jours l’application du Titre III de la Loi Helms-Burton, à partir du 1er février, afin, durant ce délais, d’étudier en détail la possibilité d’appliquer ou non le Titre III à l’avenir.

14 février : L’OFAC impose une amende de 5 512 564 dollars US à la société allemande AppliChem GmbH pour 304 prétendues violations de la Réglementation relative au contrôle des avoirs cubains.

11 mars : Le Département d’État annonce une mise à jour de la Liste des entités cubaines frappées de restrictions, et ajoute cinq nouvelles filiales : Hôtel Gaviota Cuba, Hôtels Habaguanex, Hôtels Playa Gaviota, Marinas Gaviota Cuba et Fiesta Club pour adultes), ce qui porte le nombre à 211 entités.

5 avril : L’OFAC inclut 34 navires appartenant à la compagnie pétrolière vénézuélienne PDVSA sur sa Liste d’entités sanctionnées, ainsi que deux autres compagnies étrangères (Ballito Shipping Incorporated et ProPer In Management Incorporated), sous prétexte de fournir des services à Caracas pour l’expédition de pétrole brut vers Cuba.

8 avril : L’administration Trump annule l’accord signé en janvier entre la Major League Baseball (MLB) et la Fédération cubaine de baseball, qui aurait permis aux joueurs de l’Île de d’évoluer dans le championnat étasunien.

9 avril : L’OFAC impose une sanction à la banque Standard Chartered, une entité du secteur bancaire et financier dont le siège est situé au Royaume Uni, en raison de soi-disant violations de la Réglementation relative au contrôle des avoirs cubains.

11 avril : L’OFAC inflige une amende aux sociétés britanniques Acteon Group Ltd. et 2h Offshore, pour des montants respectifs de 227 500 et 213 866 USD.

12 avril : L’OFAC sanctionne quatre entreprises qui opéraient dans le secteur pétrolier vénézuélien et neuf navires qui étaient utilisés pour transporter du pétrole brut vénézuélien, dont certains auraient livré du pétrole à Cuba.

15 avril : L’OFAC impose des sanctions à l’UniCredit Bank Austria et à l’UniCredit Bank SpA (Italie).

17 avril : Le Secrétaire d’État Mike Pompeo fait une déclaration à la presse annonçant l’activation complète du Titre III de la Loi Helms-Burton, à partir du 2 mai 2019.

24 avril : Le Département d’État met à jour la Liste des entités cubaines frappées de restriction, en incluant cinq nouvelles entités, soit un total de 216.

4 juin : L’OFAC annonce la suppression des autorisations concernant les voyages de transport de passagers (croisières), les bateaux de plaisance et les avions privés.

L’OFAC décide qu’il est interdit aux voyageurs étasuniens arrivant à Cuba dans l’une des 12 catégories autorisées d’effectuer des transactions financières directes avec des sociétés figurant sur la Liste des entités cubaines frappées de restriction.

13 juin : l’OFAC sanctionne les entreprises étasuniennes Expedia Group Inc, Hotelbeds USA Inc et Cubasphere Inc. pour de prétendues violations de la Réglementation relative au contrôle des avoirs cubains.

20 juin : Le Département d’État inclut Cuba dans la pire des catégories (niveau 3) dans un rapport sur la traite des personnes.

3 juillet : Le Département du Trésor inscrit l’entreprise Cubametales sur la Liste des ressortissants spécialement désignés sous prétexte d’importer du pétrole vénézuélien.

25 juillet : Le Département d’État inclut deux nouvelles institutions dans la Liste des entités cubaines frappées de restrictions, soit un total de 218.

6 septembre : L’OFAC met à jour la Réglementation relative au contrôle des avoirs cubains, en imposant un plafonnement de 1 000 dollars par trimestre aux envois d’argent familiaux et interrompt les envois de fonds de type don (non familiaux), ainsi que les virements en rapport avec Cuba ayant leur origine et leur destination hors des États-Unis. (Transactions U-turn).

13 septembre : Donald Trump prolonge d’un an la validité de la Loi sur le commerce avec l’ennemi.

17 septembre : L’OFAC inscrit trois personnes (deux Colombiens et un Italien) et 17 sociétés (12 basées en Colombie, quatre au Panama et une en Italie) sur la liste des ressortissants spécialement désignés (SDN), pour leur prétendue participation à des livraisons de pétrole à Cuba.

19 septembre : Expulsion de deux fonctionnaires de la mission cubaine à l’ONU.

26 septembre : Inclusion du général d’armée Raul Castro et de sa famille sur la liste immorale ressortissants sanctionnés.

30 septembre : Restrictions de visa pour des fonctionnaires cubains associés à des programmes de coopération médicale internationale en vertu de la Section 212 (a)(3)(c) de la Loi sur l’immigration et la nationalité.

1er octobre : L’OFAC inflige une amende de 2 718 581 dollars à la compagnie General Electric, pour 289 prétendues violations de la Réglementation de contrôle des avoirs cubains.

18 octobre : Le Bureau des industries et de la sécurité (BIS) annonce de nouvelles modifications aux Réglementations de l’administration chargée de l’exportation et une politique générale de refus de licences pour la location d’avions aux compagnies aériennes cubaines publiques.

Le BIS décide l’interdiction de la réexportation à Cuba d’articles étrangers contenant plus de 10 % de composants étasuniens.

Le BIS annonce la révision de la Dérogation de permis « Soutien au peuple cubain » afin que le gouvernement cubain et le Parti communiste ne puissent pas bénéficier de dons.

Le BIS limite l’exportation de biens destinés à améliorer l’infrastructure des télécommunications aux entités qui facilitent la « libre circulation de l’information » parmi le peuple cubain.

25 octobre : Le Département du Transport annonce la suspension de tous les vols des compagnies aériennes étasuniennes des États-Unis à Cuba, à l’exception de ceux à destination de l’aéroport international José Marti de La Havane.

15 novembre : Le Département d’État met à jour la Liste des entités cubaines frappées de restriction, avec l’ajout de cinq nouvelles, ce qui porte le total à 223.

26 novembre : L’OFAC annonce l’inclusion de l’entreprise Corporacion Panamericana S.A. dans la Liste des ressortissants spécialement désignés.

3 décembre : L’OFAC annonce l’inclusion de six navires (un panaméen et cinq vénézuéliens) sur la Liste des ressortissants spécialement désignés pour livraison de pétrole à Cuba.

9 décembre : L’OFAC annonce un arrangement de 170 535 USD avec la compagnie Allianz Global Risks US Insurance Company, dont le siège est à Chicago. Et ce, pour éviter un procès civil.

Afin d’éviter un procès civil, l’OFAC annonce un arrangement d’un montant de 66 212 dollars USD avec la société Chubb Limited, basée en Suisse, pour avoir effectué des transactions et autres opérations liées aux assurances de voyages à Cuba.

20 décembre : Inclusion de Cuba sur une Liste spéciale de surveillance en vertu de la Loi sur la liberté religieuse internationale, de 1998.

31 décembre : Après avoir cédé aux pressions des Etats-Unis, la Confédération caribéenne de baseball professionnel (CBPC) notifie la Fédération cubaine de baseball qu’elle ne pourra pas assurer la présence de Cuba à la Série des Caraïbes.

2020

2 janvier : Inclusion absurde du ministre des Forces armées révolutionnaires, le général de corps d’armée Leopoldo Cintra Frias, sur la liste des ressortissants sanctionnés.

10 janvier : Le Département du Transport suspend tous les vols charters entre les États-Unis et Cuba, à l’exception de ceux à destination de l’aéroport international José Marti de La Havane.

26 février : Entrée en vigueur d’une nouvelle réglementation de la société étasunienne Western Union, interdisant l’envoi de fonds à Cuba depuis des pays tiers.

6 mai : L’OFAC annonce un arrangement avec Biomin America afin d’éviter un procès civil, d’un montant de 257 862 dollars, sous prétexte de soi-disant violations de la Réglementation relatives au contrôle des avoirs cubains.

13 mai : Le Département d’État notifie au Congrès étasunien la classification de Cuba au titre de la section 40A de la Loi sur le contrôle des exportations d’armes en tant que pays qui « ne coopère pas pleinement » avec les efforts anti-terroristes des États-Unis.

3 juin : Le Département d’État annonce l’inclusion de sept entités dans La liste des entités cubaines frappées de restrictions, dont la société Fincimex.

5 juin : Le Département du Trésor refuse le renouvellement de la licence qui permettait à Marriott International d’exploiter un hôtel à Cuba, en même temps qu’il interdit à la compagnie de participer à de futures activités dans le pays.

8 juillet : L’OFAC annonce un arrangement avec la société étasunienne Amazon Inc., d’un montant de 134 523 dollars, pour avoir accepté et traité des commandes sur ses sites web, pour des personnes situées ou employées par des missions étrangères à Cuba. Ceci, afin d’éviter un procès civil.

Inclusion de Cuba sur la liste des « adversaires étrangers », prétendument impliqués dans des conduites préjudiciables à la Sécurité nationale des États-Unis.

6 août : Inclusion de Cuba au niveau 4 du Système d’alerte du Département d’État concernant les voyages.

13 août : Le Département du Transport annonce la suspension de tous les vols charters privés entre ce pays et Cuba, à l’exception de ceux autorisés à destination de La Havane et d’autres à des fins médicales d’urgence, de recherche et de sauvetage, et de ceux considérés comme présentant un intérêt pour les États-Unis.

9 septembre : Donald Trump prolonge d’une année supplémentaire les restrictions du blocus contre Cuba en vertu de la Loi sur le commerce avec l’ennemi.

24 septembre : Annonce de la création de la Liste des hébergements interdits à Cuba, sur laquelle figurent des entités appartenant au gouvernement ou gérées par ce dernier, un fonctionnaire du gouvernement, un membre du Parti communiste, ou leurs proches parents.

Réduction de l’importation aux Etats-Unis de produits tels que les alcools et le tabac d’origine cubaine.

Suppression de l’autorisation pour les personnes soumises à la juridiction étasunienne d’assister ou d’organiser des réunions ou des conférences professionnelles à Cuba.

Suppression de l’autorisation accordée par le biais d’une licence générale pour les transactions liées aux spectacles publics, aux cliniques, aux ateliers, aux compétitions sportives et autres et les expositions.

28 septembre : Annonce d’une nouvelle mise à jour de la Liste des entités cubaines frappées de restrictions du Département d’État, avec l’ajout de la société American International Services (AIS), liée à Fincimex, soit un total de 230 entités.

30 septembre : L’OFAC inclut Luis Alberto Rodriguez Lopez-Calleja sur la liste des ressortissants spécialement désignés. Cette inclusion porte à 112 le nombre de personnes liées à Cuba figurant dans cette liste.

1er octobre : L’OFAC annonce un accord visant à éviter un procès civil avec la société de services de voyage enregistrée à New York, Generali Global Assistance, Inc (GGA). Le montant à payer par l’entité est de 5 864 860 dollars US.

Décret présidentiel prolongeant d’un an les restrictions à l’octroi de fonds fédéraux pour les échanges culturels et éducatifs à Cuba.

23 octobre : L’OFAC interdit aux personnes soumises à la juridiction des États-Unis de traiter les transferts d’argent vers et depuis Cuba impliquant des sociétés figurant sur la Liste des entités cubaines frappées de restrictions du Département d’État. En vertu de ces changements, les transferts de fonds via Fincimex et AIS deviennent impossibles.

18 novembre : Le Département du Transport rejette une demande des compagnies charters Skyway Enterprises, Inc. et IBC d’effectuer des vols vers Cuba avec du fret humanitaire.

7 décembre : Maintien de Cuba sur la Liste spéciale de surveillance en vertu de la Loi sur la liberté religieuse internationale, selon laquelle le Secrétaire d’État désigne chaque année les gouvernements ayant « commis ou toléré des violations systématiques, continues et flagrantes de la liberté religieuse. »

21 décembre ; L’OFAC inscrit Fincimex, Gaesa et Kave Coffee sur la liste des ressortissants spécialement désignés.

31 décembre : L’OFAC inflige une amende à l’entreprise étasunienne BitGo.

Entre 2019 et 2020, Cuba a subi les plus grands impacts du blocus, avec des pertes calculées à plus de 5 milliards de dollars. L’administration de Trump a également destiné plus de 50 millions de dollars au financement de la subversion à Cuba, et a créé un Groupe de travail Cuba Internet Task Force avec le même objectif.

2021

1er janvier : Le Département d’État inscrit la Banque financière internationale sur la liste des entités cubaines frappées de restrictions.

11 janvier : Inscription de Cuba sur la liste des États parrainant le terrorisme.

14 janvier : Inscription de Cuba sur la liste des Adversaires étrangers du Département du Commerce, en vertu d’un Ordre exécutif signé par Donald Trump.

Le Département étasunien du Commerce annonce de nouveaux contrôles à l’exportation de technologies et d’activités spécifiques susceptibles de servir au renseignement militaire en Chine, à Cuba, en Russie, au Venezuela et dans d’autres pays qui soi-disant soutiennent le terrorisme et sont frappés par des mesures étasuniennes unilatérales.

La réglementation sur le contrôle des exportations est modifiée afin d’interdire certaines transactions qui présenteraient un risque excessif ou inacceptable pour la Sécurité nationale des États-Unis dans le domaine des technologies de l’information et des communications.

15 janvier : L’OFAC annonce l’inscription du ministère cubain de l’Intérieur et du ministre, le général de brigade Lazaro Alberto Alvarez Casas, sur la liste des ressortissants spécialement désignés.

(Source: Granma)

Envoyer le commentaire

Votre email n'est jamais publié. Les champs obligatoires sont marqués. *

*