Artículos de Cuba

Fidel réflexions »

La Catastrophe du Japon et la Visite d’un Ami

La Catastrophe du Japon et la Visite d’un Ami

Aujourd’hui, j’ai eu le plaisir de saluer Jimmy Carter, qui a été président des États-Unis de 1977 à 1981 et qui a été le seul, à mon avis, à avoir eu assez de sérénité et de courage pour aborder la question des relations de son pays avec Cuba. Carter fit ce qu’il put pour réduire les tensions internationales et promouvoir la création de sections des intérêts de Cuba et des USA. Son administration fut la seule à avoir fait quelques pas pour atténuer le blocus criminel imposé à notre peuple.

Fidel réflexions »

La Guerre Fasciste de L’OTAN

La Guerre Fasciste de L’OTAN

Pas besoin d’être voyant pour savoir que ce que j’avais prévu avec une précision rigoureuse dans trois Réflexions publiées sur le site CubaDebate entre le 21 février et le 3 mars : « Le plan de l’OTAN est d’occuper la Libye », « La danse macabre du cynisme » et « La guerre inévitable de l’OTAN », allait se passer. Même les dirigeants fascistes de l’Allemagne et de l’Italie ne furent pas aussi impudents lors de la guerre civile espagnole de 1936, un épisode dont beaucoup se seront sans doute souvenus ces jours-ci.

Actualité »

L’ex-président américain Jimmy Carter à Cuba pour rencontrer Raul Castro

L'ex-président américain Jimmy Carter

L’ancien président américain Jimmy Carter est arrivé lundi à La Havane où il doit notamment rencontrer le président cubain Raul Castro. Jimmy Carter, accompagné de son épouse Rosalynn, a été reçu à l’aéroport par le ministre cubain des Affaires étrangères Bruno Rodriguez et les ambassadeurs des deux pays, mais selon le Centre Carter, il s’agit d’une visite “privée”. Jimmy Carter devait s’entretenir quelques heures après son arrivée avec des représentants de la communauté juive de Cuba, puis avec le cardinal Jaime Ortega, le chef de l’église catholique cubaine.

Fidel réflexions »

Les Chaussons me Serrent

Les Chaussons me Serrent

Tandis que les réacteurs sinistrés lancent de la fumée radioactive sur le Japon et que des avions au profil monstrueux et des sous-marins atomiques déversent leurs charges meurtrières télécommandées sur la Libye, un pays nord-africain d’à peine six millions d’habitants, Barack Obama racontait aux Chiliens une comptine semblable à celles que j’écoutais quand j’avais quatre ans : « Les chaussons me serrent, les chaussettes me tiennent chaud, et le baiser que tu m’as donné, je l’emporte en mon cœur. »