Actualité »

Cuba plaide pour un dialogue constructif entre l’Amérique latine et l’Europe

diaz canel. jpgLe Premier vice-président du Conseil d’État et du Conseil des ministres de Cuba, Miguel Diaz-Canel, a souligné l’existence de différences et les défis communs entre l’Amérique latine et les Caraïbes, et il s’est prononcé pour un dialogue constructif entre les deux régions.

« Il y a longtemps que l’Europe a proposé une relation égalitaire avec les pays d’Amérique latine et de la Caraïbe, mais jamais nous n’avons atteint ce statut d’égalité », a-t-il affirmé dans des déclarations à l’agence Prensa Latina.

« En conséquence, les asymétries et les diversités en matière de développement sont plus grandes. Nous avons des points de vue divergents autour du développement et de la manière de le soutenir, surtout concernant les politiques à adopter », a-t-il dit.

« Il existe des insatisfactions parmi les pays de notre région par rapport aux progrès réalisés dans cette alliance bi régionale », a ajouté Diaz-Canel, arrivé dans cette capitale pour prendre part au 2e Sommet de la Communauté des États d’Amérique latine et des Caraïbes (Celac) et de l’Union européenne (UE), prévu les 10 et 11 juin.

Le vice-président cubain a signalé que ce Sommet est un espace qui permettra de revoir ce qui a été fait et de formuler des propositions concrètes pour perfectionner toute relation. « Nous vivons un moment où nous constatons une plus grande volonté politique de la part des pays d’Europe pour engager un dialogue basé sur le respect, la non ingérence, et non discriminatoire avec les pays d’Amérique latine et de la Caraïbe », a-t-il indiqué.

Il a ajouté que, personnellement, il pense que les capacités existent pour aborder, dans un ordre du jour et en instaurant un dialogue politique et de coopération, des sujets comme le développement durable, les problématiques sociales, la santé, la sécurité citoyenne, les questions migratoires, la lutte contre les drogues, et la manière d’avancer dans un échange scientifique, technique, en matière d’éducation, ainsi que sur les problèmes du changement climatique.

« Nous devons tenir compte de tous ces aspects sans oublier la dette historique contractée par les pays d’Europe envers l’Amérique latine et la Caraïbe. Nous espérons pouvoir établir un dialogue qui permette de mettre en œuvre un programme plus réaliste dans ce que certains appellent l’alliance bi régionale », a-t-il affirmé. Et d’ajouter : « Le contexte a changé depuis le moment où ce type de sommets a commencé, et des événements importants ont marqué cette relation : l’Amérique latine et la Caraïbe sont regroupées au sein de la Celac, et l’Europe est passée depuis 2007 par le Traité de Lisbonne », a dit le Premier vice-président cubain.

Diaz-Canel a précisé qu’à ceci sont venus s’ajouter le processus de rétablissement et les pourparlers en vue d’une ultérieure normalisation des relations entre Cuba et les États-Unis.

« Notre relation avec l’Union européenne est marquée par ces événements, qui ont mis en évidence non seulement notre portée nationale mais aussi celle de l’Amérique latine, de la Caraïbe et de l’Europe », a-il dit.

« Ces derniers temps, il y a eu une relation plus fluide avec les pays d’Europe à partir du rétablissement de la coopération, et à présent nous avons devant nous un chemin important, car nous avons rétabli le dialogue politique et de coopération pour parvenir vraiment à un accord », a enchaîné le Premier vice-président.

« Il y a beaucoup de points communs entre Cuba et l’Europe sur lesquels nous pouvons travailler comme le changement climatique, le développement durable, les échanges scientifiques, techniques et universitaires, ainsi que les problématiques de la santé », a-t-il assuré.

« Nous pouvons même coopérer ensemble avec d’autres pays, autrement dit travailler dans une relation tripartite avec des pays d’Afrique et d’Amérique latine. Nous pouvons mettre à disposition des ressources humaines et d’autres se chargeraient de fournir des ressources financières et technologiques. Avec bien entendu comme condition que cette démarche se fasse dans l’intérêt de ces pays ».

Le dirigeant cubain a souligné que le scénario est favorable pour un dialogue constructif, soulignant qu’aussi bien la Celac que Cuba adopteront une position constructive à ce Sommet, pourvu que le dialogue soit fondé sur le respect de leur souveraineté et la non-ingérence dans leurs affaires intérieures. « Je pense qu’il existe des conditions pour avancer réellement sur les contenus, des conditions plus mûres qu’à d’autres époques », a signalé Diaz-Canel.

RECU PAR LA HAUTE REPRÉSENTANTE POUR LA DIPLOMATIE DE L’UE

La haute représentant de l’Union européenne pour les Affaires étrangères et la Politique de sécurité, Federica Mogherini, a reçu le 10 juin à Bruxelles le Premier vice-président Miguel Diaz-Canel, qui conduit la délégation cubaine au 2e Sommet Celac-UE.

« Nous espérons un dialogue constructif à ce Sommet qui permette de relancer les relations entre la Celac et l’Union européenne », a déclaré à la presse le dirigeant cubain au terme de l’entretien.

La réunion avec Federica Mogherini intervenait dans le cadre de la poursuite des négociations amorcées en 2014 entre Cuba et l’UE en vue d’un Accord de dialogue politique et de coopération.

Bruxelles et La Havane ont déjà eu trois séries de discussions, la quatrième étant prévue les 15 et 16 juin dans cette ville. Après le Sommet Celac-UE.

La chef de la diplomatie européenne s’était rendue à Cuba en mars dernier, où elle avait été reçue par le président Raul Castro.

« Nous avons beaucoup de choses à construire ensemble pour consolider nos relations », avait déclaré à cette occasion Federica Mogherini, qui est également vice-présidente de la Commission européenne.

Miguel Diaz-Canel a également rencontré les Premiers ministres Miro Cerar, de Slovénie, et Xavier Bettel, du Luxembourg.

(Granma)

Deja un comentario

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos necesarios están marcados *

*