Fidel réflexions »

SI J’ÉTAIS VÉNÉZUÉLIEN

Le Venezuela vit demain une journée importante : l’élection de cent soixante-cinq membres du Parlement, autour de laquelle se livre une bataille historique.

Mais les nouvelles météorologiques sont défavorables, de fortes pluies s’abattant sur la terre qui fut le berceau du Libertador.

Les pluies excessives touchent tout d’abord les pauvres, qui possèdent les logements les plus modestes, qui vivent dans les quartiers les plus oubliés historiquement, aux accès difficiles, aux rues en mauvais état et aux transports publics peu nombreux. Quand les eaux envahissent leurs foyers, ils perdent tout. Ils ne disposent pas des logements confortables et sûrs des riches, de leurs larges avenues et de nombreux moyens de transport.

Ce ne sont pas des élections présidentielles. Quand il s’agit d’élections uniquement parlementaires, la population se mobilise peu et y attache peu d’importance.

Là où l’impérialisme règne et où l’oligarchie opportuniste reçoit une part juteuse des biens et services nationaux, les masses n’ont rien à gagner ou à perdre, et l’Empire se fiche des élections comme de l’an quarante. Aux USA, même les élections présidentielles mobilisent moins de la moitié des électeurs.

Alors pourquoi l’Empire braque-t-il ses énormes ressources médiatiques contre le Venezuela et soumet-il le gouvernement révolutionnaire bolivarien à un bombardement implacable de mensonges et de calomnies ?

Je ne tenterai pas d’accumuler des arguments pour persuader un peuple aussi courageux et digne que le peuple vénézuélien. J’ai vu les mobilisations populaires et la ferveur de millions de personnes, surtout des plus humbles et combatives, qui ont eu le privilège de vivre une étape nouvelle dans l’histoire de leur pays durant laquelle les fabuleuses ressources du pays sont retournées au peuple. Leur patrie n’est plus une nation d’analphabètes où des millions d’hommes, de femmes et d’enfants survivaient dans une pauvreté extrême.

Je ne leur parlerai pas de l’expérience qu’a vécue Cuba : cinquante ans de résistance héroïque au blocus et aux crimes répugnants des administrations étasuniennes en parlent éloquemment.

Je leur dis simplement ce que je ferais si j’étais Vénézuélien.

J’affronterais les pluies, et je ne permettrais pas que l’Empire en tire profit ; je lutterais aux côtés des voisins et des proches pour protéger les personnes et les biens, mais je ne manquerais pas d’aller voter comme un devoir sacré : à n’importe quelle heure, avant la pluie, pendant la pluie ou après la pluie, tant que le bureau de vote sera ouvert.

Ces élections ont une importance énorme et l’Empire le sait : il veut ôter des forces à la Révolution, limiter ses capacités de lutte, la priver des deux tiers des sièges à l’Assemblée nationale pour faciliter ses plans contre-révolutionnaire, renforcer son obscène campagne médiatique et continuer de cerner le Venezuela de bases militaires, l’assiégeant toujours plus des armes meurtrières du trafic de drogue international et de la violence.

S’il reste des erreurs, je ne renoncerais jamais à l’occasion que m’offre la Révolution de les amender et de vaincre les obstacles.

Si j’étais Vénézuélien, je ferais l’impossible, même sous la foudre et les éclairs, pour convertir le 26 septembre en une grande victoire.

Fidel Castro Ruz
Le 25 septembre 2010
14 h 17

Deja un comentario

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos necesarios están marcados *

*