Fidel réflexions »

ATTRAPÉ PAR L’HISTOIRE

Daniel, dans son intervention à la Table ronde de la télévision nationale, a répondu à mon attente : il a été éloquent, persuasif, serein, irréfutable.

Il n’a offensé aucun pays latino-américain, ce n’était pas son intention, mais il s’est accroché à la vérité à chaque minute de sa présentation : le Venezuela, la Bolivie et le Nicaragua, porte-parole de l’ALBA, ont refusé expressément l’idée que la Déclaration finale du Sommet des Amériques soit présentée comme un accord consensuel.

Nous avons appris par Daniel qu’Obama en personne avait reconnu n’avoir même pas lu le document, qui est passé en contrebande comme Déclaration officielle du Sommet. Comme Telesur a transmis simultanément l’intervention de Daniel, elle a eu encore plus de diffusion.

Daniel a émis de concepts lapidaires : « Ç’a été la réunion de la censure. “Que cesse le blocus contre Cuba !”, tel a été le cri unanime, avec des nuances différentes, mais unanime ». Il a affirmé : « Le président Rafael Correa a fait une très bonne intervention quand il a expliqué : “Élection ne veut pas dire démocratie”, parce que le multipartisme est une manière de désintégrer une nation. » Daniel a ajouté : « Cuba possède un modèle qui ne divise pas le peuple entre verts, rouges, jaunes et orangés. C’est tout simplement le peuple cubain, ses citoyens qui décident, sans ces campagnes où entrent en jeu les intérêts des gros capitaux. C’est le peuple cubain qui élit ses autorités sans le clinquant des élections dans les démocraties bourgeoises imposées par l’Occident. »

 « La politesse ne supprime pas les différences idéologiques et politiques, ne supprime pas la réalité. Je tiens à le souligner, parce que j’ai noté que certains chefs d’État ou de gouvernement était aux anges rien que de serrer la main au président Obama. » Faisant allusion au flûtiste d’Hamelin, il a dit : « Il est apparu avec sa petite flûte, et toutes les souris derrière lui courent au précipice. Mais Obama n’a pas eu l’effet escompté. »

” Les États-Unis n’ont pas changé. Raúl le rappelait à Cumaná : c’est une administration républicaine qui a préparé l’invasion de Playa Girón, mais c’est une administration démocrate qui l’a exécutée. »

« Voilà un président des États-Unis qui vous dit qu’il faut oublier le passé, alors justement qu’il est attrapé dans le passé ! Cinquante ans de blocus à Cuba. En 2004, quand il briguait un siège de sénateur, il affirmait que le blocus était une horreur, qu’il fallait le suspendre. On lui a posé la question à la conférence de presse et il a répondu que 2004, ça fait une éternité ! Il nous dit là qu’il ment, c’est là la réponse de quelqu’un qui ment. »

« Il affirme qu’on ne peut pas lever le blocus de Cuba. Que Cuba devait lui savoir gré des concessions qu’il venait de faire. Ils veulent nous faire passer ça pour un changement, alors que ça ne s’approche même pas des mesures qu’avait prises Carter voilà trente ans. C’est même plutôt un recul. Ils veulent que nous oubliions l’Histoire.

 ”L’OEA est morte. C’est un cadavre privé de sépulture.

« L’Afrique a son propre instrument : l’Union africaine à laquelle n’appartiennent pas la France, l’Angleterre, les anciens colonialistes de ces peuples. Elle appartient aux peuples africains.

« Nous devons faire pareil, nous, les peuples latino-américains et caribéens, et à partir de nos positions, à partir de notre propre dialogue, à partir de notre unité, dialoguer alors avec le Nord, dialoguer avec les États-Unis et le Canada, dialoguer avec les Européens. Bref, dialoguer avec les pays du Nord et défendre nos positions.

« Ce qui a été clair à ce Sommet, aussi, c’est que les États-Unis n’ont pas changé, alors que nous, l’Amérique latine et les Caraïbes, nous avons changé et nous changeons, accrochés aux racines de notre histoire. »

Daniel explique finalement que « le document est mort, mais que la politique de la carotte et du bâton est toujours en vie, elle, parce que le président Obama est attrapé dans ce qu’est la structure d’un Empire ».

Fidel Castro Ruz

Le 23 avril 2009

11 h 23

Deja un comentario

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos necesarios están marcados *

*