Fidel réflexions »

Les angoisses du capitalisme développé

Lundi dernier, 9 mars, a été comme tous les autres : une merveilleuse journée où le capitalisme développé  qui se débat dans une crise incurable a étalé toutes ses contradictions

L’agence de presse britannique Reuters, en rien suspecte d’anticapitalisme, publie ce jour-là :

« La croissance de l’Amérique latine sera sensiblement inférieure cette année, à cause d’une forte décélération, voire de la récession dans quelques-unes de ses  principales économies, après des années de prospérité provenant de la hausse des cours des matières premières.

« Bien que la Banque interaméricaine de développement (BID) ne fasse pas de prévisions, Lora, un de ses économistes, a signalé : “Plus personne ne dit que la région enregistrera une croissance de plus de 1 p. 100 (cette année). Au contraire, les dernières prévisions font état de chutes dans pratiquement toutes les grandes économies latino-américaines. Et quand on voit ces prévisions, on comprend pourquoi toutes les grandes économies chutent”.

« Fortement touchée par la crise financière mondiale qui a réduit la demande de ses exportations, la région ne connaîtra pas une récupération rapide, a signalé Lora.

« “La crise ne va pas durer un ou deux ans ; pour certains pays latino-américains, elle peut durer bien plus”, a affirmé Lora qui cite une enquête menée par le BID auprès de leaders d’opinion et selon laquelle une forte majorité prévoit une stagnation ou une chute du revenu régional par habitant dans les quatre prochaines années. »
Ce même jour, l’agence espagnole EFE informe :

« La production de cocaïne qui s’est étendue à plusieurs pays latino-américains a déclenché une vague de violence et de déplacement de populations telle que certains réclament une approche militaire pour faire face au trafic de drogues, affirme aujourd’hui le journal britannique The Guardian.

« Cette industrie qui engendre des profits se montant à des milliards de dollars a contraint de nombreux agriculteurs à abandonner leurs terres, a déclenché des guerres entre gangs et a corrompu les institutions de l’État, affirme le journal.

« Rien qu’au Mexique, 6 000 personnes sont mortes l’an dernier à cause de ce genre d’activités, et la violence se déplace vers le Nord, autrement dit vers les États-Unis eux-mêmes.
« Parallèlement, la nouvelle route du narcotrafic entre l’Amérique du Sud et l’Afrique de l’Ouest s’est développée si vite que le couloir, à 10º de latitude, qui unit les deux continent a été baptisé l’ “autoroute 10″.

« Presque tous les gens interviewés par le journal sont d’accord que la demande insatiable de cocaïne en Europe et en Amérique du Nord a fait échouer les efforts, conduits par les USA, pour juguler l’offre et a causé de gros préjudices à l’Amérique latine.

« “Nous croyons que la guerre contre les drogues a été un échec parce qu’elle n’a atteint aucun de ses objectifs”, a déclaré au journal l’ancien président colombien César Gaviria, aujourd’hui coprésident de la Commission latino-américaine pour les drogues et la démocratie.

« Selon Gaviria, “les politiques de prohibition basées sur l’élimination, l’interdiction et la criminalisation n’ont pas donné les fruits escomptés. Nous sommes plus loin que jamais de l’objectif d’éliminer les drogues”.

« La stratégie des États-Unis en Colombie et au Pérou, consistant à lutter contre la matière première, n’a pas marché, reconnaît de son côté le colonel René Sanabria, chef de la police antidrogues bolivienne.

« La Brookings Institution, des USA, dans un rapport, et  Jeffrey Miron, économiste de Harvard, dans une étude indépendante appuyée par cinq cents collègues, ont rejoint le ch?ur de ceux qui réclament une modification de l’approche. »

L’AFP affirme pour sa part :

« Le président mexicain, Felipe Calderón, a demandé lundi aux États-Unis d’assumer « dans les faits » leur part de responsabilité dans la lutte contre le trafic de drogues qui se concentre surtout à la frontière commune.

« “Au nom des centaines de policiers mexicains abattus, il est essentiel que les États-Unis assument dans les faits la part de responsabilités qui leur correspond dans cette lutte contre le trafic de drogues”, a affirmé Calderón au cours d’une conférence de presse avec le président français, Nicolas Sarkozy, qui réalise une visite officielle au Mexique.

« Calderón a aussi demandé à Washington de partager les informations sur les agissements des narcotrafiquants aux États-Unis, le pays qui constitue le plus gros marché de consommation de cocaïne au monde et qui est alimenté par les cartels de son voisin du Sud.

« “Si les services de renseignement ou les organismes policiers ou militaires spécialisés des USA ont des informations sur des criminels mexicains chez eux, nous les voulons”, a dit Calderón aux journalistes après une réunion avec Sarkozy au Palais national.

« Le gouvernement mexicain a déployé trente-six mille soldats à la frontière pour combattre les cartels de la drogue engagés dans une guerre pour le transport de drogues aux USA qui a causé 5 300 morts en 2008. »

Ce même jour, la présidente de la Chambre des représentants étasunienne, Nancy Pelosi, s’est déclaré résolument favorable à ce que la quantité d’éthanol dans l’essence soit élevée jusqu’à 15 p. 100, afin de réduire la dépendance du pays envers les importations de pétrole.

L’éthanol, on le sait, est produit aux USA à partir de la céréale qui occupe une place très importante dans le développement humain.

Ces nouvelles toutes fraîches ? elles datent de lundi dernier ? prouvent la justesse des conclusions d’Atilio Borón, publiées en version résumée dans Granma ce même jour.

Fidel Castro Ruz
Le 11 mars 2009  
13 h 42

Deja un comentario

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos necesarios están marcados *

*