Fidel réflexions »

L’équipe harcelée

Les Jeux olympiques sont sur le point de débuter en Chine. J’ai écrit voilà quelques jours au sujet de notre équipe de base-ball. J’ai dit que nos joueurs allaient subir une épreuve très dure, et que si les choses allaient mal, ce ne sont pas eux qui mériteraient les plus grosses critiques. J’ai reconnu leur qualité et leur patriotisme. Ils étaient déprimés par les critiques en provenance de Cuba.

J’ai su ensuite qu’ils avaient retrouvé leur moral, qu’ils avaient appris à manger les plats coréens condimentés avec des baguettes à la manière asiatique. Ils ont envoyé un vibrant message patriotique pour le 26 juillet. Ils feront face avec honneur à la difficile épreuve, j’en suis sûr.

Mais sont-ils à égalité avec les équipes de riches puissances comme les Etats-Unis et le Japon qui vont jouer contre Cuba ? Ces nations-là comptent, la première, trente fois et la seconde au moins onze fois plus d’habitants, elles ne sont pas en butte à un blocus économique et elles disposent toutes deux de richesses énormes. Personne ne leur vole ni ne leur pille leurs athlètes.

Le Japon a ordonné à ses professionnels de faire partie de l’équipe olympique, et ceux-ci doivent le faire parce que c’est ainsi qu’en décident leurs propriétaires. Ça n’a rien à voir avec les sportifs qui sont devenus des marchandises.

Les Etats-Unis, à la veille des Jeux olympiques, ont acheté avec leur argent mercenaire Alexei Ramírez, qui avait été le meilleur frappeur de coups de circuit à notre Championnat national  de base-ball 2007. Le directeur de l’équipe qui l’a acheté se vante de ne pas savoir à quelle position le faire jouer parce qu’il est bien entraîné à toutes. On a un haut-le-c?ur à lire dans la presse les détails des marchandages quant à la distribution de l’argent auxquels ce cas a donné lieu. Ils avaient acheté auparavant le lanceur le plus prometteur de Pinar del Río, José Ariel Contreras, semant ainsi l’insécurité et la méfiance.

A Edmonton (Canada), juste avant le début du match avec l’équipe canadienne au Vingt-troisième Championnat du monde junior de base-ball, on apprenait l’absence du lanceur partant, le gaucher Noel Argüelles, et de l’arrête-court José Antonio Iglesias, dont la moyenne offensive dépassait 500.

Le courageux lanceur de Pinar del Río, Julio Alfredo Martínez Wong, prit sa place sur le monticule. À la fin de la huitième manche, moins un retrait, avec des adversaires aux buts, il semblait épuisé. Dans l’enclos des releveurs, Joan Socarrás Maya s’échauffait fort, car il avait reçu des instructions de se préparer à entrer en action. Estebán Lombillo, directeur énergique et capable de notre équipe junior, arrivait déjà au rectangle pour le remplacer, quand Julio Alfredo, dans un élan de dignité, exigea de continuer de lancer : « J’ai commencé, je finis! » Lombillo, lui aussi amer devant la vile trahison, le comprit et lui fit confiance. Julio Alfredo puisa dans toutes ses réserves: il gagna le dernier retrait de la huitième manche. A la neuvième et dernière, il retira les trois frappeurs l’un après l’autre, et battit l’équipe du Canada 1-o.

L’arrête-court de réserve, Yandi Díaz, joua excellemment et frappa le double retrait qui fut décisif dans la victoire cubaine.

Edmonton est devenu un dépotoir. Les sportifs cubains y ont été mal accueillis, mais la ville a le privilège d’être tous les ans le siège de ce championnat. On devrait réfléchir s’il vaut la peine d’y participer.

Aucun représentant de la presse cubaine n’avait été envoyé à cette compétition. Tout s’est su par des voies indirectes.

Les dignes joueurs de  notre équipe de base-ball olympique, qui ont été magnifiquement reçus par leurs hôtes coréens et le seront encore mieux par les Chinois, devront jouer dans les circonstances défavorables que j’ai expliquées. Quel que soit le résultat, ils savent que ce qui nous importe le plus, c’est la dignité et le courage avec lesquels ils le feront.

Mais l’agression impérialiste ne se borne pas au base-ball. Voilà quelques mois, une partie de notre équipe masculine de football s’est laissée entraîner par la trahison aux Etats-Unis, réduisant les perspectives internationales de Cuba dans ce sport. Une judoka, déjà championne olympique et médaille d’or presque assurée, s’est laissée corrompre. En achetant nos sportifs, on nous a enlevé cinq médailles d’or certaines en boxe. C’est la curée contre Cuba: vol de cerveaux, de muscles et d’os.

Que redoutent donc tant les riches et les puissants de notre petite île victime d’un blocus?
Aux échecs, Leinier Domínguez se bat avec succès en Suisse à l’un des tournois internationaux les plus importants.

Aux Jeux olympiques, qui démarrent le 8 août, tous nos sportifs se battront pour la médaille d’or avec plus de dignité que jamais, et notre peuple savourera leurs médailles encore plus qu’auparavant. Alors, les fanatiques se souviendront des traîtres.

Fidel Castro Ruz

Le 31 juillet 2008

12 h 32
 

Deja un comentario

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos necesarios están marcados *

*