Fidel réflexions »

La tournée de McCain et la destinée manifeste de la Quatrième Flotte

Tandis que je préparais ces Réflexions sur les rapports de McCain avec la mafia terroriste anticubaine de Miami et d’autres questions connexes d’intérêt historique, des nouvelles fraîches me sont arrivées au sujet de ce personnage que les faucons de l’Empire catapultent comme substitut de Bush : la visite qu’il entreprendra demain en  Colombie et au Mexique. Il n’est guère possible de les passer sous silence, parce qu’elles me confortent dans mes opinions.

« McCain restera deux jours en Colombie à partir de demain, mardi, puis se rendra au Mexique », informe le journal panaméen La Prensa.

« La IVe Flotte des Etats-Unis recommence à patrouiller les eaux latino-américains », publie Clarín, l’organe de presse à plus fort tirage d’Argentine, « cette fois-ci  aux ordres du contre-amiral Joseph Kernan. L’état de services de Kernan, jusqu’ici chef du Commandement des tactiques spéciales de guerre navale, n’est pas moins inquiétant », précise le journal. « L’homme fait partie du groupe SEAL, un commando d’élite aux hommes triés sur le volet destinés à des opérations spéciales les plus dures, entraînés pour agir dans les conditions les plus défavorables et les plus exigeantes, et ayant opéré au Vietnam, au Cambodge et au Laos. Le choix de Kernan à la tête de la IVe Flotte, comme le reconnaît le Pentagone lui-même, est absolument hors norme… » « Bien mieux, par cette décision, le Commandement Sud devient aussi important que le Commandement central qui dirige la Ve Flotte dans le Golfe persique. »

« Quelles raisons peuvent bien pousser les Etats-Unis à dépêcher une force navale si puissante dans une région en paix, sans puissance nucléaire, sans conflits ni menaces militaires réelles ? », se demande le journal. « Ils n’admettront jamais qu’il s’agit là encore de ressources naturelles, mais il n’est pas du tout fortuit que cette décision ait été prise alors qu’un changement structurel est en train d’intervenir dans l’économie mondiale, de sorte que les réserves d’eau douce, les aliments et les ressources énergétiques deviennent des biens à valeur stratégique importante », répond le professeur Khatchik der Ghougassian, spécialiste des questions de sécurité à l’Université argentine de San Andrés.

Le professeur ajoute : « Ils ne cachent pas l’importance immense que revêtent les mers du Sud du continent et ils admettent qu’ils augmenteront leur capacité d’action, si bien que la IVe Flotte supervisera des  bateaux et des avions, y compris civils et commerciaux, qui navigueront au sud de leurs frontières. »

« James Stavridis, chef du Commandement Sud ? poursuit Clarín ? a ajouté au trafic de drogues la lutte contre le terrorisme et la possibilité de contrer l’émigration massive des réfugiés provenant de pays tels que Haïti et Cuba. James Stevenson, chef de la marine du Commandement Sud, a précisé que ses bâtiments parviendront jusqu’à l’énorme système fluvial d’Amérique du Sud, naviguant dans des eaux marron plutôt que dans les eaux bleues traditionnelles. Bref, il s’agit de contrôler l’intérieur du territoire latino-américain. »

« Le Commandement Sud déploie une activité sociale, telle que la distribution de nourriture ou de médicaments, ce qui lui permet de convaincre le Congrès étasunien que cette pénétration est justifiée », ajoute le journal argentin.

De son côté, El Universal de Mexico, écrit sous le titre : « John McCain ira de la basilique à Iztapalapa » : « John McCain ne se rendra pas au Mexique qu’à des fins politiques. Ou plutôt des fins politiques de son parti. Le candidat républicain visitera la basilique de Guadalupe. Il visitera aussi un des quartiers chauds de Mexico. »

« La visite que McCain fera en Colombie et au Mexique c0ntraint son équipe de collaborateurs à faire des heures supplémentaires, même les week-ends. Samedi soir, un toast d’adieu après la clôture de la National Association of Latino Elected and Appointed Officials (NALEO, Association nationale des fonctionnaires latinos élus et nommés)  s’est converti en une réunion de discussions au sujet de la portée de son voyage en Amérique latine… Il se lèvera tôt pour donner une interview à Televisa. Puis, il se rendra dans le Nord du pays où il fera une visite d’une demi-heure à la basilique de Guadalupe… il prendra part à un déjeuner avec des membres de la Chambre de commerce américaine du Mexique. Plus tard, il aura une réunion avec des hommes d’affaires mexicains et étasuniens… et il conclura par une visite au quartier d’Iztapalapa, où on le mettra au courant des stratégies utilisées pour combattre la criminalité organisée et favoriser l’unité de la communauté. »

Alors que les commentaires sur le candidat républicain se succèdent, on apprend que 52 521 personnes possédant plus d’un million de dollars vivent dans le Sud de la Floride, selon le dernier rapport circonstancié d’une importante société de sondage. Presque tous les capitaux proviennent d’Amérique latine.

McCain, dont on ignorait à ce jour la dévotion religieuse, pense qu’en priant dans la basilique de Guadalupe, il pourra duper les catholiques, les protestants, les Blancs, les Noirs, les Indiens et les métis dans des pays où, contrairement à Miami, la pauvreté extrême s’aggrave de jour en jour.

Granma a publié aujourd’hui à la une : « Amende à une compagnie aérienne  aux USA pour violation de blocus contre Cuba », tandis qu’un organe de presse mexicain affirme qu’environ 57 000 Cubains sont arrivés dans ce pays de 2005 à 2007. Vingt mille Cubains sont autorisés tous les ans à émigrer directement aux USA, voyageant d’une façon sûre ; enfants et adultes ont reçu une bonne éducation et sont en bonne santé. C’est un sacrifice que Cuba fait au nom de la réunification des familles.

Ceux qui, attirés par la cynique Loi d’ajustement cubain, le font directement ou par des pays tiers soit clandestinement soit sous n’importe quel subterfuge légal, commettent non seulement une faute morale méprisable, mais privent aussi notre économie de spécialistes et de personnels qualifiés. C’est là un vol de cerveaux et de bras éhonté que notre patrie a le devoir, dans le cadre de sa lutte héroïque, de combattre fermement.

Je publierai un autre jour les réflexions que j’avais préparées. Il vaut la peine de connaître la vraie histoire.

Fidel Castro

30 juin 2008

17 h 16

Deja un comentario

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos necesarios están marcados *

*