Fidel réflexions »

BUSH AUX ANGES (I)

Je m’en tiens dans ces Réflexions à des nouvelles reçues par les voies les plus diverses, depuis les agences de presse internationales ? sans mentionner nommément chacune d’elles, mais en les suivant fidèlement ? des livres, des documents, l’Internet, jusqu’à des questions posées à des sources bien informées.

On vibrionne fort autour de nous, comme dans un asile de fous. Nos fameux personnages courent dans tous les sens.

Après le Brésil et le Chili, Condoleezza est partie à Moscou pour sonder le nouveau président. Elle veut savoir ce qu’il pense. Elle est accompagnée du chef du Pentagone qui, le bras démis par une chute en février, s’est exclamé : « Avec un bras cassé, je ne serai pas si difficile comme négociateur. » Une plaisanterie typiquement yankee. Imaginez-en un peu l’effet à l’oreille orgueilleuse d’un Russe, dont le peuple a perdu tant de millions d’enfants dans la lutte contre les hordes nazies qui réclamaient un espace vital : ce qu’on appellerait aujourd’hui du pétrole bon marché, des matières premières et des marchés sûrs pour les excédents de marchandises.

On connaît les aventures de McCain et de Cheney à Badgad, celui-là aspirant à chef du gouvernement, celui-ci en étant aujourd’hui le sous-chef mais décidant en fait plus que son chef. Ils ont été accueillis au milieu des augures les plus inattendus et les plus violents. Ils n’y ont passé toutefois que deux jours, juste assez pour inonder le monde de sinistres pronostics.

Entre temps, Bush discourait à Washington, tandis que l’or et le pétrole flambaient.

Cheney n’arrête pas. Il part pour le sultanat d’Oman ? 774 000 barils de pétrole par jour en 2005 et 780 000 en 2004 ? dont les autorités ont informé le 15 janvier 2007 de leurs projets d’investir dix milliards de dollars dans les cinq prochaines années pour élever leur production quotidienne de pétrole à 900 000 barils et faire passer celle de gaz de 70 à 80 millions de mètres cubes.

Cheney, accompagné de sa famille, part sur le yacht Kingfish I du sultan pêcher aux limites des eaux entre Oman et l’Iran. Quelle témérité ! On devrait aussi décerner le prix Nobel aux supervaillants qui, après le plantureux déjeuner familial, courent des risques de décès ou d’invalidité à cause d’une arête en travers de la gorge.  Mais l’absence à bord du propriétaire du luxueux yacht gâche quelque peu la fête de notre héros.

McCain n’arrête pas non plus. Il parcourt en hélicoptère le territoire où des soldats israéliens, à la chasse de dirigeants palestiniens, ne cessent de tuer par des moyens techniques de pointe des femmes, des enfants, des adolescents et de jeunes en Cisjordanie . Dans ce domaine, le candidat républicain est un expert.

Il se rend à Jérusalem et promet d’être le premier à reconnaître la totalité de cette ville comme capitale d’Israël, un pays que les Etats-Unis et l’Europe ont converti en puissance nucléaire de pointe et dont les projectiles guidés par satellite peuvent frapper Moscou, à plus de cinq mille kilomètres de distance, en quelques minutes.

Il ne restera pas d’Etat pétrolier ou gazier que Cheney n’aura visité avant son retour au pays où il informera son président du cours merveilleux de notre planète.

Bush, de son côté, cause le 17 pour telle ou telle raison, le 18 pour telle ou telle autre et, le 19, pour l’anniversaire de son coup de génie : le déclenchement de la guerre. Cuba, on n’a pas de mal à le supposer, ne cesse d’être la cible de ses insultes.

Au milieu du chaos provoqué par l’Empire, les guerres sont des compagnes inséparables. Celle d’Iraq vient d’atteindre cinq ans. De profonds penseurs calculent le nombre de personnes touchées à plusieurs millions et les dépenses totales de cette guerre à plusieurs billions de dollars. Elle a coûté la vie à quatre mille soldats de métier, ce type de guerre impliquant trente blessés par mort. Les bombes incendiaires  et les bombes à fragmentation sont le pain quotidien qui l’alimente. Tout est permis, sauf la vie.

Cheney et McCain rivalisent, l’un comme le père de l’enfant, l’autre comme son parâtre. Tous deux se réunissent avec des chefs d’Etat, exigent des engagements : vous devez accroître votre production de pétrole et de gaz ; vous devez utiliser de la technologie yankee, des livraisons yankees, des armes yankees du complexe militaro-industriel ; vous devez autoriser des bases militaires yankees.

De Jérusalem, McCain fait un saut à Londres pour converser avec Gordon Brown. Auparavant, parlant en Jordanie, il gaffe en affirmant que l’Iran, un pays chiite, entraîne Al Qaeda, une organisation sunnite. Peu lui importe, il ne s’excuse même pas de son impair.

Cheney, lui, fait un saut en Afghanistan. La guerre des Yankees et de l’OTAN a fait de ce pays le plus gros exportateur d’opium au monde. L’URSS s’était usée et avait sombré dans une guerre similaire. C’est là que Bush a lancé son premier coup de griffe militaire, et avec lui l’OTAN.

Tout est fait pour préparer les réunions parallèles de la lutte contre le terrorisme et de l’OTAN.

Une chose est sûre en tout cas : Ban Ki-moon, secrétaire général de l’ONU, et Jaap de Hoop Scheffer, autorité suprême de l’OTAN, se réuniront les 1er, 2 et 3 avril à Bucarest, la capitale roumaine, avec le président afghan, Hamid Karzaï, pour participer au Forum transatlantique. La Conférence convoquée par le German Marshall Fund of the United States (GMF), le ministère roumain des affaires étrangères et Chatham House, qui réunira un grand nombre de stratèges et de politiciens pour aborder des questions intéressant vitalement l’OTAN, se déroulera parallèlement : y participeront, selon le président du GMF, outre une quarantaine de président d’instituts de recherche d’Europe et d’Amérique, neuf chefs d’Etat et vingt-quatre Premiers ministres et ministres de l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord, cette fameuse OTAN qui a balkanisé la Yougoslavie de Tito et déclenché la guerre du Kosovo. Tout rapport avec les intérêts de l’impérialisme yankee, tout le monde le comprendra, n’est que simple coïncidence. La situation des Balkans, la défense antimissile, les livraisons d’énergie et le contrôle des armes y seront des questions inéluctables.

Comme Bush doit forcément jouer son rôle de protagoniste, il a déjà tracé son programme : il se réunira à Neptun, sur la mer Noire, avec Traian Basescu, le président roumain, à la veille de la conférence. Il a dans ses mains les destinées de l’humanité qui fournit, elle, la plus-value et le sang.

(À suivre demain)

Fidel Castro Ruz

Mardi 22 mars 2008     

Deja un comentario

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos necesarios están marcados *

*