Fidel réflexions »

Le Voyage triomphal

Les agences de presse ont vite transmis. Les nouvelles ne sont pas du tout risibles, mais ironiques de toute façon.  Chacune y est allée de son morceau. Il y a eu de la concurrence, autrement dit elles ont rivalisé. On a eu aussi droit à des vues de Dick Cheney, l’auteur intellectuel, et de son disciple McCain ; ils apparaissent sagement au milieu de nombreuses personnes, dans une espèce de salle de classe aux sièges tout simples où l’on trouvait toutes sortes de chefs entraînés à l’art de tuer. J’utiliserai des phrases simples et certaines opinions d’élèves, de professeurs, de reporters et d’institutions qui reflètent crûment la réalité.

Du discours de Cheney, transmis par l’omniprésente CNN, je reprends les mots suivants :

« Nous avons fait des progrès en matière de sécurité, mais aussi de gouvernement.

« Quand vous arrivez ici après plusieurs années et que vous voyez comment les événements se sont déroulés, ? de fait cette semaine marque le cinquième anniversaire du déclenchement de notre guerre de mars 2003 ? bien des bonnes choses se sont passées, et pas seulement ces quinze derniers mois.

« Le niveau de violence et de pertes militaires, ainsi que de civils, a énormément diminué, et c’est donc un gros succès.

« Ces années ont été difficiles, mais nous avons réussi dans ce que nous avons entrepris et l’effort a valu la peine.

« Je me réjouis d’être ici, et je suis très content de rentrer à Washington la semaine prochaine pour informer le président des progrès importants que nous avons faits en Iraq. »

Répondant à une question, il a affirmé :

« Je crois que le fait que le président ait décidé voilà plus d’un an de ne pas réduire nos forces en Iraq, et plutôt de les augmenter et d’ajouter cinq unités de combat a exclu dans la tête des gens, ici en Iraq ou dans la région, l’idée que nous allions partir.

« Les gens sont convaincus que nous sommes ici pour rester et conclure notre mission.

« Nous avons l’avantage d’une année de succès. Je crois que les Etasuniens peuvent dire que ce qu’il se passe en Iraq est un succès. »

La transmission s’interrompt à 9 h 50 pour faire place à des informations concernant les déclarations de Bush sur l’état de l’économie.

« Nous traversons une situation difficile », a déclaré le président.

Le transmission s’interrompt de nouveau et le reporter ajoute : « Le président Bush a affirmé que les Etats-Unis étaient en train de contrôler la situation de l’économie qui est en crise, bien que tout soit sous contrôle. C’est du moins ce qu’a dit le président étasunien. »

Entre temps, Alan Greenspan écrivait dans le Financial Times : « La crise financière aux Etats-Unis sera jugée la plus grave depuis la fin de la deuxième guerre mondiale. Elle fera de nombreuses victimes. »

Ajoutez à cela que, tandis que Bush parlait, l’once d’or atteignait 1 023,68 dollars, et le baril de pétrole 112 dollars.

Les nouvelles s’accumulent.

« Lundi 17 mars 2008. Des millions d’Iraquiens ont peu d’accès, voire aucun, à l’eau potable ou aux services médicaux et sanitaires, cinq ans après l’invasion conduite par les Etats-Unis, selon un rapport de la Croix-Rouge »,

Transmet BBC-Mundo qui ajoute :

« La situation humanitaire en Iraq est parmi les plus critiques au monde.

« Des millions de personnes sont livrées à leur sort.

« Certaines familles dépensent le tiers de leurs salaires moyens mensuels de 150 dollars dans l’achat d’eau potable.

« Les services médicaux en Iraq manquent de personnels qualifiés et de médicaments essentiels, les hôpitaux publics ne disposent que de 30 000 lits, quand il leur en faudrait 80 000.

« Bon nombre de morts provoqués par l’état de violence actuel n’ont jamais été identifiés.

« Le fait que certaine parties de l’Iraq jouissent d’une plus grande sécurité ne doit pas faire oublier la situation extrême que connaissent des millions de personnes qui ont été littéralement livrées à leur sort. »

Un rapport d’Amnisty International divulgué par DPA avertit :

« Les violations des droits de l’homme sont monnaie courante dans tout le pays, où des millions d’Iraquiens dépendent de l’aide humanitaire pour survivre.

« On ne connaît pas exactement le nombre de personnes assassinées en Iraq depuis l’invasion étasunienne de mars 2003.

« Les procès instruits sont généralement injustes, les aveux de culpabilité ayant été vraisemblablement extorqués sous la torture. »

L’agence ANSA informe pour sa part :

« Le vice-président Dick Cheney s’est réuni aujourd’hui à Bagdad avec le Premier ministre iraquien Nuri al Maliki, tandis qu’une série d’explosions ébranlaient la capitale, causant au moins deux morts et plusieurs blessés.

« Cheney s’est aussi réuni avec le candidat républicain aux élections présidentielles étasuniennes de novembre, John McCain, qui est arrivé dimanche, lui aussi par surprise, en Iraq.

« Peu après l’arrivée de Cheney, une violente explosion a secoué le centre de Bagdad, provoquée, semble-t-il, par un tir de mortier contre la Zone verte à sécurité maximale de la capitale où se trouvent les ambassades et les principaux bâtiments gouvernementaux.

« Le général Kassim Atta, porte-parole des opérations de sécurité à Bagdad, a déclaré qu’une troisième bombe avait explosé aujourd’hui contre une voiture civile sur la place de Tahariyat, au centre du quartier Karrada, causant la mort d’un civil et trois blessés. »

L’agence étasunienne AP informe :

« Des explosions ont secoué cette capitale, ce lundi, durant la visite du virtuel candidat républicain et du vice-président Dick Cheney.

« Des hélicoptères armés ont survolé le centre de Bagdad et la Zone verte fortifiée où se trouvent le siège du gouvernement iraquien et les ambassades des Etats-Unis et de Grande-Bretagne, mais aucun détail n’a été donné sur la cause des explosions.

« Le vice-président effectue sa troisième visite en Iraq où les Etats-Unis possèdent 160 000 soldats et en ont perdu presque 4 000.

« McCain, qui a misé son avenir politique sur un succès militaire des Etats-Unis en Iraq, s’est réuni lundi avec le Premier ministre Nuri al Maliki, peu avant que le dirigeant iraquien entreprenne des conversations séparées avec Cheney.

« Al Maliki a affirmé que le vice-président et lui-même avaient discuté des négociations en cours en vue d’un accord de sécurité à long terme entre les deux pays.

« L’ambassade étasunienne à Bagdad a dit ne pas pouvoir confirmer les versions selon lesquelles la Zone verte avait été la cible de tirs de mortier après l’arrivée de Cheney. »

DPA informe et détaille :

« Un triple attentat a causé aujourd’hui la mort de trois personnes et en a blessé sept autres dans la capitale iraquienne, Bagdad, quelques heures après l’arrivée non annoncée du vice-président étasunien, Dick Cheney.

« La première bombe a visé une patrouille de police dans le quartier occidental de Mansur. Un agent a été tué et un autre blessé.

« Une seconde explosion dans le quartier de Zayuna a blessé trois civils, tandis que, dans le centre de Bagdad, un civil a perdu la vie et trois autres ont été blessés, a informé le général Kassim Atta. »

Mais pas seulement dans la capitale iraquienne :

« Le nombre de victimes d’un attentat à Kerbala, à cent dix kilomètres de Bagdad, s’est élevé à 42 morts et 58 blessés », a informé l’agence EFE.

Elle ajoutait dans une autre dépêche qu’il s’agissait d’ « un attentat suicide commis par une femme qui a fait exploser la charge qu’elle portait autour de son corps ».

ANSA informe pour sa part : « Un attentat suicide a causé aujourd’hui de 25 à 36 morts et des dizaines de blessés ».

Avec de tels chiffres, qui augmentent d’heure en heure, Cheney a-t-il vraiment fait un voyage triomphal ?

Fidel Castro Ruz

17 mars 2008

20 h 17

Deja un comentario

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos necesarios están marcados *

*