Actualité »

Aujourd’hui, ici et maintenant

cuba puebloCuba, si tu n’existais pas, nous, les Cubains, nous devrions t’inventer, parce qu’autrement, comment serions-nous justes, comment serions-nous source, comment serions-nous poésie, comment ce mystère qui nous accompagne aurait-il existé. Que ce Décalogue me serve d’exorcisme, aujourd’hui, ici, en ces temps, à cette heure, au sein de cette Révolution

1. Le Cubain ne dit pas qu’il est amoureux, le Cubain dit : C’est un amour comme ça,/ c’est un amour abyssal au printemps,/ courtois, cordial, heureux, fatal./ (…) Fait/ de cette substance connue/ avec laquelle nous pétrissons une étoile. (Nicolas Guillén)

2. Le Cubain ne dit pas qu’il est nostalgique, le Cubain dit : J’ai savouré tant tant chaque partie/ Et j’ai savouré tant et tant toute chose/ Que j’ai un peu moins mal quand tu pars/ Parce qu’ici tu restes avec moi d’une certaine façon. (Silvio Rodriguez)

3. Le Cubain ne dit pas qu’une fille danse bien, le Cubain dit : Sandunguera, le mouvement de ta taille dépasse tout/ Cesse de te balancer ainsi/ Car tu vas dépasser le niveau. (Juan Formell)

4. Le Cubain ne dit pas qu’il jouit de la vie, le Cubain dit : j’ai l’élan fougueux et le désir sacré/ d’entrevoir dans la vie mes rêveries de mort. (Rubén Martinez Villena)

5. Le Cubain ne dit pas qu’il ne faut pas regarder en arrière, le Cubain dit : S’accrocher aux choses figées/ C’est un peu comme s’absenter de la vie. (Pablo Milanés)

6. Le Cubain ne dit pas que sa terre lui manque, le Cubain dit : Je n’ai jamais ressenti comme aujourd’hui/ Ma solitude et mon abandon misérable/ et mon désamour lamentable…/ (…) Sans Patrie, sans amour, / Je ne vois face à moi que larmes et douleurs ! (José Maria Heredia)

7. Le Cubain ne dit pas que sa terre ne ressemble à aucune autre, le Cubain dit : Vallée d’argent de lune/ sentier de mes amours/ je veux chanter aux fleurs/ le chant de ma montagne. (Julio Brito)

8. Le Cubain n’insulte pas quand on le quitte, le Cubain dit : Même si toi, tu m’as jeté à l’abandon/ Même si toi, tu as tué toutes mes illusions/ Et au lieu de te maudire avec une juste rancœur/ Dans mes rêves, je te remplis, dans mes rêves, je te remplis de bénédictions. (Miguel Matamoros)

9. Le Cubain ne dit pas que sa capitale lui manque, le Cubain dit : La Havane, si mes yeux t’abandonnaient/ si la vie me bannissait dans un coin de la terre/ je te jure que je vais mourir d’amour et d’envies/ de marcher dans tes rues, tes quartiers et tes lieux… (Gerardo Alfonso)

10. Le Cubain ne dit pas qu’il ira de l’avant, le Cubain dit : Donne-moi le joug, ô ma mère, de manière/ Que, debout sur lui dressé, brille sur mon front/ Encore mieux l’étoile qui rayonne et qui tue. (José Marti)

Envoyer le commentaire

Votre email n'est jamais publié. Les champs obligatoires sont marqués. *

*