Actualité »

Comme l’argent à la racine des Andes

Sao Paolo ForoUne session plénière spéciale intitulée « Pour l’unité et l’intégration de l’Amérique latine et des Caraïbes », thème central de la 24e Rencontre du Forum de Sao Paulo, a focalisé les débats de la deuxième journée de cet espace annuel de dialogue politique.

Il s’agit d’un thème transversal dans tous les espaces de débat et de dialogue qui se sont tenus et qui contribueront à la Déclaration finale et au Plan d’action qui seront annoncés mercredi après-midi, lors de la séance de clôture de la Rencontre.

Granma fait part des certaines des idées essentielles sur lesquelles beaucoup ont convergé et qui définissent les défis à relever sur la voie de cette unité qui est essentielle pour les luttes du présent et de l’avenir de nos peuples :

→ Il est important de préserver les expériences de gouvernement de nature populaire avec des projections anti-impérialistes, défendues par les partis membres du Forum de Sao Paulo.

→ Les efforts émancipateurs et les idéaux anticapitalistes des mouvements sociaux et populaires qui agissent de la sorte doivent être fortement soutenus et encouragés.

→ Nous devons travailler dur pour consolider une paix durable et promouvoir les efforts pour faire avancer l’intégration souveraine de cet idéal de José Marti appelé Notre Amérique.

→ Quand il y a une unité, une direction politique déterminée et compétente, des objectifs clairs de lutte, une morale de combat et des racines dans les classes populaires, les options pour contenir toute offensive contre-révolutionnaire et même pour la vaincre sont décuplés.

→ C’est un devoir de bien expliquer et de défendre de manière audacieuse et créative les acquis économiques, sociaux et politiques incontestables que les expériences gouvernementales qui, pour une raison ou une autre, ont subi d’importants revers (du Honduras en 2009 à aujourd’hui au Brésil), ainsi que les réalisations et les forces issues des expériences de gouvernement qui résistent au milieu d’énormes difficultés, de défis internes et externes.

→ Il n’y aura pas de progrès durable dans une expérience révolutionnaire, ni de changements progressifs motivés par les valeurs de justice sociale et d’équité, sans un exercice opportun et adéquat de la critique et de l’autocritique.

→ Face au plan des sociétés transnationales et de l’empire du Nord visant à miner la souveraineté de nos nations et de prendre le contrôle de leurs ressources naturelles, opposons-nous avec un véritable esprit internationaliste et latino-américain, avec un sens ferme et non négociable de la dignité, le projet émancipateur de nos nobles peuples.

→ Si les partis politiques de gauche et les mouvements populaires partageant des idées et des engagements en venaient à perdre la perspective d’une unité plus large et plus démocratique, ils donneront aux partisans de la restauration du néolibéralisme ce dont ils ont besoin. La conclusion est simple : soit nous nous unissons, soit nous sombrons dans la fange de la contre-révolution qu’ils tentent de nous imposer.

(Granma)

Envoyer le commentaire

Votre email n'est jamais publié. Les champs obligatoires sont marqués. *

*