Actualité »

Les États-Unis renforcent les sanctions contre le Venezuela

Venezuela CabelloLe gouvernement étasunien poursuit ses attaques contre le Venezuela par le biais de sanctions économiques contre quatre responsables, anciens et actuels, de l’administration du président Nicolas Maduro.

À la liste des plus de 50 personnes déjà sanctionnées, qui inclut le chef de l’État vénézuélien lui-même, ont été ajoutées Américo Mata, William Antonio Contreras, Nelson Lepaje et Carlos Rotondaro.

Selon le Département du Trésor étasunien, ces mesures impliquent le gel de leurs avoirs aux États-Unis et l’interdiction aux citoyens nord-américains de faire des affaires avec ces personnes.

Cet organisme a accusé ces fonctionnaires de mauvaise gestion économique et d’actes de corruption.

Le 19 mars, le président Donald Trump a signé un décret exécutif interdisant toutes les transactions avec toute monnaie électronique émise par le gouvernement vénézuélien, en référence au Petro, la nouvelle monnaie virtuelle lancée par le Venezuela.

Trump a justifié sa décision qui répond aux récentes mesures prises par Caracas pour faire face aux sanctions contre la République bolivarienne du Venezuela.

Pour sa part, le Premier vice-président du Parti socialiste unifié du Venezuela, Diosdado Cabello, a vivement dénoncé cette nouvelle agression contre son pays.

Lors d’une conférence de presse, Cabello a critiqué le décret de Trump et affirmé que les autorités de Washington n’ont pas de politique diplomatique à l’égard du Venezuela mais que toutes leurs actions obéissent à une attitude guerrière.

Soutenu par les ressources énergétiques nationales, le Petro permettra à l’État vénézuélien de briser le monopole du dollar sur le commerce international et de surmonter le blocus financier associé aux attaques économiques de Washington et de ses alliés.

Des sources gouvernementales vénézuéliennes ont indiqué que le processus de prévente de cette monnaie virtuelle a généré des offres pour plus de cinq milliards de dollars depuis le début de ses opérations le 20 février.

Le gouvernement de Nicolas Maduro a créé cette cryptomonnaie comme source alternative de devises afin de garantir le paiement des marchandises importées par le pays, ainsi que comme un mécanisme de stabilisation du système financier.

UN PLAN POUR AGRESSER MILITAIREMENT LE VENEZUELA

Les États-Unis préparent un plan dit Plan Tenailles pour lancer une agression contre le Venezuela en utilisant des troupes de pays de la région dirigés par des gouvernements de droite, a dénoncé Adan Chavez, membre de l’Assemblée nationale constituante (ANC).

Le président de la Commission des Affaires étrangères de l’ANC a déclaré à la presse que des militaires colombiens et péruviens pourraient participer à l’attaque contre le peuple et le gouvernement vénézuéliens.

Il a rappelé qu’à maintes reprises, le président des États-Unis Donald Trump a menacé de mener une agression armée contre son pays et que son administration livre une guerre non conventionnelle sur les plans politique, économique et communicationnel pour tenter de démoraliser le peuple vénézuélien.

« Ils souhaiteraient voir le Venezuela pris en tenaille, en utilisant des forces de guerre de l’ouest et de l’est avec les leurs pour tenter d’attaquer notre territoire et parvenir à une invasion, d’où leurs plans de déstabilisation contre le pays », a-t-il expliqué, selon l’agence Prensa Latina.

Adan Chavez a souligné que les Vénézuéliens font face à l’agressivité actuelle de Washington contre la Révolution bolivarienne, amorcée par le commandant Hugo Chavez en 1999, et poursuivie et renforcée par Nicolas Maduro. Une politique qui sera l’objectif principal d’un nouveau mandat présidentiel après les élections du 20 mai.

Pour défendre sa démocratie, a-t-il ajouté, le Venezuela déploie une stratégie de communication visant à faire face au siège médiatique imposé par les États-Unis dans le cadre de leur stratégie interventionniste contre ce pays sud-américain et contre les processus progressistes en Amérique latine.

Avec la collaboration d’autres pays, ainsi que d’organisations et mouvements sociaux, un réseau international d’information se met en place. Il a été conçu par le président Nicolas Maduro, et compte sur les réseaux sociaux comme principal centre d’opérations, a déclaré le directeur de l’Institut des hautes études du commandant Hugo Chavez.

Et de conclure que l’initiative cherche à diffuser la vérité sur le Venezuela.

(Prensa Latina)

Deja un comentario

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos necesarios están marcados *

*