Actualité »

Un système autochtone et extraordinairement démocratique

elecciones-cuba-delegados-asambleaRENFORCER le lien avec la population et la lutte contre le harcèlement économique et politique dont Cuba est victime de la part du gouvernement des États-Unis constituent des tâches essentielles pour les hommes et les femmes qui composent le nouveau Parlement cubain et les Assemblées provinciales du Pouvoir populaire.

C’est ce qu’a déclaré José Ramon Machado Ventura, deuxième secrétaire du Comité Central du Parti et vice-président du Conseil d’État et du Conseil des ministres, après avoir exercé son droit de vote pour Cuba le 11 mars au Bureau de vote No 2, dans la 40e circonscription du Conseil Populaire Pastorita, à Guantanamo, une ville avec laquelle il entretien des liens étroits et dont il garde de nombreux souvenirs.

Accompagné de Denny Legra Azahares, membre du Comité Central et Premier secrétaire du Parti à Guantanamo, Machado a signalé que les candidats se distinguaient par leur qualité humaine, leur niveau d’instruction et de préparation politique, tant chez ceux qui ont été proposés aux postes de députés à la base que chez ceux qui sont dignes du plus grand honneur et de l’engagement à servir le peuple, en vertu de leurs responsabilités au sein du Parti et de l’État.

Dans la ville de Santa Clara, le Premier vice-président du Conseil d’État et du Conseil des ministres, Miguel Diaz-Canel Bermudez, a souligné, après avoir exercé son droit de suffrage, que la grandeur et la transparence de ce processus constituent une réalité quotidienne dont ne jouissent pas tous les peuples du monde.

« Nous avons construit une relation de gouvernement, et le gouvernement que nous élisons aujourd’hui sera un gouvernement du peuple, ceux qui sont élus devront se concentrer sur le lien avec le peuple et la solution des problèmes identifiés, comme la Révolution l’a toujours prôné », a-t-il dit.

Diaz-Canel a évoqué les défis idéologiques que représente la lutte contre l’hégémonie des valeurs pseudo-culturelles qui tentent de s’imposer et que nous devons affronter à partir de nos essences, nos convictions et nos valeurs, ainsi que la mise à jour de notre modèle économique et social.

Au Bureau de vote No 2 de la 48e circonscription du quartier havanais d’Arroyo Naranjo, où il a été réélu candidat au poste de député à l’Assemblée nationale du Pouvoir populaire (ANPP), le président du Parlement cubain, Esteban Lazo Hernandez, a salué, après avoir exercé son droit de vote, le processus de préparation de ces élections, qui a mobilisé plus de 200 000 autorités électorales.

Concernant la participation des femmes au Parlement, le président de l’ANPP a indiqué que dans la législature qui s’achève les femmes représentaient 48% des députés que dans la prochaine, ce pourcentage sera porté à 53,2%. Ainsi, Cuba deviendra le deuxième pays comptant le plus grand nombre de femmes parlementaires au monde, a affirmé Lazo.

« Aujourd’hui est l’un de ces jours décisifs pour défendre tous nos acquis », a-t-il dit, avant d’évoquer à Fidel comme le grand inspirateur de ce système de vote. « Un jour comme aujourd’hui, il ne doit pas y avoir un patriote, un révolutionnaire, un homme reconnaissant qui ne se souvienne pas de Fidel », a-t-il dit, et il a appelé à faire de ce dimanche un jour de joie et de victoire pour le peuple.

Bruno Rodriguez Parrilla, ministre des Relations extérieures, s’est rendu au Bureau de vote No 2 de la circonscription 3 de la municipalité de Playa, où il a souligné notre civisme révolutionnaire et notre fidélité aux traditions et à la Révolution.

Il a affirmé que quiconque connaît notre processus électoral et le juge objectivement peut avoir n’importe quel avis, mais force lui sera de reconnaître qu’il s’agit d’élections très autochtones, très cubaines et extraordinairement démocratiques.

« C’est un modèle sans la participation des intérêts des transnationales, sans que l’argent ne coule, sans politique, sans tromperie ni populisme, sans recours à la technologie pour manipuler le vote, sans joutes féroces entre candidats, sans encourager la fragmentation, la division et la haine ; c’est une véritable expression de la volonté des gens, de la manière dont ils choisissent leurs représentants dotés d’une vocation de servir le peuple, à la poursuite d’un idéal de nation qui rende plus efficace, plus démocratique et plus juste le socialisme cubain », a-t-il déclaré.

(Granma)

Deja un comentario

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos necesarios están marcados *

*