Actualité »

On peut couvrir un défilé de milliers de personnes à Cuba avec un malheureux et un drapeau?

leccionesdemanipulacion323Cuba surprend le monde chaque année en mai, avec des défilés que groupent, à travers l’île, plusieurs millions de personnes . Il est une image gênant pour les centres de pouvoir, qui tentent de ternir par ses mécanismes de propagande puissants.

Cette année, un homme avec un drapeau américain a fait irruption place de la Révolution à La Havane, à quelques minutes avant le début de la parade populaire. Automatiquement, les agences d’information et des médias sur le jour de mai à Cuba, obviéent l’immense mobilisation populaire, pour se concentrer sur la manifestation solitaire et bizarre d’un seul individu.

Comme partout dans le monde où quelqu’un pénètre dans un acte où, à quelques mètres, est le chef de l’Etat et d’autres autorités, l’homme a été réduit. Mais qu’est-ce, est arrivé ailleurs, il serait présenté comme le protocole de sécurité normale, à Cuba a été transformé en “répression”. Dans “El Nuevo Herald”, nous lisons que “agents de contrôle”, “arrêtés et battus violemment” à l’homme, qui a eté soumi à coups . Une version tout à fait déformée et exagérée de leur réduction et l’élimination, comme on en trouve dans les vidéos publiées .

La même exagération que pendant des années ont utilisé ces moyens pour devenir “battre” ou “brutalité policière” le retrait de la rue des Dames en Blanc avec appel d’un minimum de force, par rapport à la violence extrême utilisée par la police ailleurs.

Le fait était connu de script. Le porte-parole de la Maison Blanche, Joseph Crook, a accusé à Cuba de violer “la liberté d’expression” de l’homme du drapeau et l’obligeaient à “respecter les droits humains”. Cela il a dit – sans que nous lisons dans les médias, quelque commentaire sur cette contradiction – le gouvernement qui a promis de retirer de force trois millions d’êtres humains, ou la promotion d’une réforme qui privera à 24 millions de personnes de son couverture de santé actuel.

Il est le monde à l’envers dans les médias de grand public. Ceux qui nous disent que 40 morts au Venezuela sont le résultat de la “répression” policiel  quand les faits prouvés pointent -dans la plupart des cas – à l’action de la violence extrême des manifestants d’extrême droite.

Les media que défocalisent des milliers de personnes qui défensent la Révolution cubaine un Premier de Mai, mettre l’accent sur un malheureux, ex-prisonniers pour crimes de vol, qu’il a déjà gagné l’expédient nécessaire pour obtenir un visa et d’asile aux États-Unis . Maintenant que abrogé la politique de “pied à pied humide sec”, migrer vers le nord de Cuba … il a été si difficile.

(Cubainformación)

Deja un comentario

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos necesarios están marcados *

*