Actualité »

Un traitement efficace contre les maladies dermatologiques

dermatologicos CubaLE couple formé par Lizandro Nuñez Fonseca et Yuleidys Cruz est venu soigner ses problèmes dermatologiques au Centre d’histothérapie placentaire (CHP) de La Havane, une institution consacrée à la recherche, la production et l’application thérapeutique de médicaments cosmétiques extraits du placenta humain.

Il souffre de psoriasis, elle, de vitiligo, et leur fille âgée de cinq ans est également prise en charge, les médecins lui ayant diagnostiqué une alopécie areata (un trouble du système immunitaire qui provoque la perte de cheveux souvent en petites plaques).Ils habitent à Santa Fe, dans la commune havanaise de Playa, et se rendent depuis 1994 aux consultations du Dr et professeur Carlos Miyares Cao, dont le décès en août 2015 a constitué une perte sensible pour la médecine cubaine et internationale.

Le Professeur Miyares Cao, issu de la première promotion de médecins formés par la Révolution, donna des cours dans ses années d’études de pharmacologie, en raison du manque de médecins et de professeurs qui quittèrent l’Île au début des années 60.Il entama ensuite des études de gynécologie, et ses recherches le menèrent à utiliser du placenta humain dans plusieurs projets en vue de la mise au point de nouveaux médicaments.

Dans ses recherches, cet éminent scientifique développa un traitement unique au monde contre le vitiligo, basé sur l’obtention et l’utilisation d’un médicament novateur baptisé Melagenina, enregistré en 1980 après plus d’une dizaine d’années d’études et de tests cliniques, en étroite collaboration avec le Dr Manuel Taboas, un éminent dermatologue.

Le Professeur Miyares Cao mit également au point la Coriodermina, pour le traitement du psoriasis. Il s’agit un gel antipsoriasique dérivé du placenta humain, un médicament sans effets secondaires, locaux ou systémiques.

On lui doit également le shampoing au placenta, qui est indiqué dans le traitement de la dermatite séborrhéique (une dermatose inflammatoire érythémato-squameuse des zones cutanées séborrhéiques (cuir chevelu, sourcils, sillon naso-génien, région médiothoracique), ainsi que la crème dermotrophique destinée à retarder le vieillissement cutané prématuré.

Le Dr Ernesto Miyares Diaz, directeur de ce Centre qui appartient au Groupe d’entreprises BioCubaFarma, nous explique que l’expérience accumulée pendant plus de 30 ans sur des milliers de patients cubains et étrangers a permis de mettre au point la Melagenina Plus, une thérapie très efficace contre le Vitiligo.Interviewé par Granma international, il précise que ces médicaments, sans équivalents thérapeutiques à l’étranger contribuent à placer Cuba dans une position d’avant-garde à l’échelle internationale. «

Dans d’autres institutions du monde, les chercheurs travaillent essentiellement sur du placenta animal ».Il attire aussi l’attention sur l’innocuité des médicaments extraits des produits biologiques, leur utilisation ambulatoire et leur taux d’efficacité de 80% sur les patients traités.

Le placenta humain est récupéré dans les maternités du pays afin d’être évalué intégralement selon les normes établies. On procède ensuite à un diagnostic des infections de transmission sexuelle (ITS) jusqu’à obtenir un registre certifié permettant d’envisager une production.«

Même si notre institution n’est pas placée sous la juridiction du ministère de la Santé publique, chaque mois le Centre assure la prise en charge de 600 patients cubains et de 250 étrangers en provenance d’environ 80 pays », nous explique le spécialiste, avant de préciser que « nous ne faisons aucune distinction entre un patient national et un patient étranger.

Ils sont tous soumis à un diagnostic et évalués par nos spécialistes qui les orientent sur la thérapie à suivre chez eux », ajoute le Dr Miyares Diaz.Inauguré le 25 avril 1986 à l’initiative du leader de la Révolution Fidel Castro, le CHP compte une unité de production qui fait actuellement l’objet d’un programme d’investissement pour la doter une ligne de remplissage pour produits liquides et semi-liquides, ainsi que pour la mise en marche d’une station moderne de traitement et d’épuration des eaux.

En raison de ses résultats en matière de production et d’exportation, cette institution a obtenu le statut d’entreprise en 2013 et se concentre sur la maîtrise de sa chaîne d’activité en cycle fermé (recherche, production, commercialisation).

Auparavant, le CHP comptait plusieurs cliniques en Espagne, en Inde, en Ukraine, en Argentine et au Brésil, auxquelles il a dû renoncer en raison de la pénurie de devises provoquée par l’injuste blocus économique, commercial et financier exercé contre Cuba par les États-Unis. Aujourd’hui, ses responsables misent sur un transfert de technologie grâce à l’accès à du capital étranger.

Une perspective qui intéresse d’ores et déjà l’Etat mexicain de Campeche, selon le Dr Miyares Diaz, qui souligne que ces actions permettront de lancer les produits cubains sur le marché international, de passer des contrats pour les prestations de services médicaux et des actions de formations post-universitaires.

UNE AUTRE VALEUR AJOUTÉE

Aujourd’hui, les chercheurs mettent au point de nouveaux produits comme des suppléments nutritionnels pour le traitement de maladies immunologiques, ainsi qu’une ligne corporelle, faciale et capillaire de cosmétiques visant à renforcer le bouclier épidermique.«

Notre Centre propose également d’autres services comme des cours de formation post-universitaire et des stages de perfectionnement à l’intention des spécialistes.

Nous offrons toute une gamme de cours internationaux visant à expliquer les particularités de ces traitements novateurs qui pourraient être introduits sur le marché international pour venir en aide aux patients d’autres pays », ajoute-t-il.Le Dr Miyares, qui est aussi professeur consultant et chercheur titulaire, souligne que l’innocuité du médicament tient à ce que le placenta utilisé dans les productions provient de donatrices saines, certifiées en conformité avec les normes du système de santé cubain, et qui font l’objet d’examens médicaux réguliers durant toute leur grossesse.«

Par ailleurs, les accouchements ont lieu dans des institutions étatiques dotées de toutes les conditions tant matérielles qu’affectives assurant à la parturiente un confort lui permettant de mettre son enfant au monde. Le placenta aseptisé est ensuite collecté et transporté dans des camions réfrigérés avant d’être soumis à un contrôle sanitaire strict dans des laboratoires spécialisés.

Il est ensuite traité afin d’en extraire les principes actifs », ajoute le Professeur Miyares, qui est également docteur ès sciences biochimiques.Bien qu’à la retraite, Coto Valdés collabore avec les spécialistes du Centre à un projet de recherche lié aux productions propres de l’unité de production afin d’assurer un environnement sanitaire et hygiénique satisfaisant.«

D’autres projets visent à améliorer et obtenir de nouveaux produits comme des anti-inflammatoires, des produits et des solutions de diagnostic, des suppléments et autres permettant de diversifier notre gamme de produits d’exportation », nous dit la Dr Maria Victoria Licea Tornés, directrice du service des recherches.

Elle indique que d’autres recherches pourraient être menées pour extraire davantage de propriétés du placenta humain, riche en nutriments, en vitamines, en hormones, en minéraux, en acides aminés et autres substances chimiques encore à découvrir. «

Les études récentes visent à tirer un maximum de profit de cet organe, y compris du cordon ombilical et des membranes ».Tel est aussi l’avis de la Dr Beatriz Barroso Fleitas, responsable des services médicaux, qui précise que le centre compte une équipe médicale composée de spécialises en dermatologie et de scientifiques de premier ordre chargée d’offrir un traitement personnel spécialisé hautement efficace.

Ce groupe est également formé par des infirmières chargées d’encadrer les patients en veillant à l’application des traitements. Des services de psychiatrie pour enfants ou pour adultes, ainsi que de psychologie, sont également proposés. Ces programmes offrent une information adaptée à chaque patient, améliorent l’alliance thérapeutique et développent des capacités d’auto-surveillance et de meilleures aptitudes à la gestion des facteurs de stress.

DEMANDE DE CONSULTATION

Les personnes intéressées par un traitement peuvent se rendre personnellement au centre les premier et troisième mardis de chaque mois. Les personnes résidant à l’étranger peuvent consulter le site web (www.histoterapia-placentaria.cu) et demander une consultation médicale à travers les adresses indiquées sur ce même site.

Au cas où la personne ne pourrait pas assister personnellement, elle peut effectuer ses démarches à travers une personne de confiance qui visiterait notre pays, munie d’un questionnaire personnalisé de chaque patient contenant les données sollicitées par notre institution.

Les personnes en attente d’une consultation seront informées sur les particularités de leur maladie et un éventuel traitement.

Ces informations ont pour but de les aider (ainsi que leurs familles) à comprendre leur maladie et leur traitement, collaborer ensemble et gérer leur propre prise en charge, afin de les aider à maintenir et améliorer leur qualité de vie.

(Granma)

Deja un comentario

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos necesarios están marcados *

*