Actualité »

Les États-Unis annoncent une nouvelle série de mesures qui modifient certains aspects du blocus

cuba-bloqueo8Peu de jours avant la visite du président des États-Unis, Barack Obama, à Cuba, les autorités nord-américaines ont annoncé une nouvelle série de mesures qui modifient certains aspects de l’application du blocus, notamment dans les domaines des voyages, des services financiers et du commerce.

Les dispositions annoncées par les Départements du Trésor et du Commerce le mardi 15 mars, entreront en vigueur le mercredi 16. Il s’agit de la quatrième série de mesures appliquées par l’administration Obama qui visent à transformer la politique d’agression imposée par les États-Unis à Cuba pendant plus de 50 ans.

À partir de cette date, les citoyens des États-Unis pourront voyager individuellement à Cuba dans le cadre de la catégorie « voyages éducatifs de peuple à peuple ». Jusqu’à présent, ils ne pouvaient le faire qu’en groupe, ce qui entraînait des contraintes.

La mesure est en concordance avec l’accord conclu récemment entre les deux pays, qui prévoyait jusqu’à 110 vols directs, bien que l’interdiction de faire du tourisme reste toujours en vigueur.

Les Étasuniens pourront également acheter des produits cubains, y compris rhum et tabac, dans des « pays tiers», ce qui était jusqu’alors interdit.

Par ailleurs, les citoyens cubains qui travaillent aux États-Unis et qui disposent du visa habilité à cet effet, pourront obtenir en échange, de façon légale, leur salaire ou compensation.

L’embauche de citoyens cubains, sous certaines conditions, sera également autorisée dans des entreprises nord-américaines.

Les transactions financières internationales cubaines seront autorisées en dollars de même que traiter« les instruments monétaires en dollars », y compris en espèce et chèques voyage « présentés de façon indirecte » par des organismes financiers cubains.

Quant au commerce entre les deux pays, le Bureau de contrôle des avoirs étrangers (OFAC) élargira l’autorisation existante pour la présence physique des compagnies et des organismes étasuniens autorisés à faire du commerce avec Cuba.

Reste à voir à présent quelle sera la portée et la signification réelles de ces mesures, ainsi que l’efficacité de leur mise en application.

(Granma)

Deja un comentario

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos necesarios están marcados *

*