Actualité »

Communiqué du gouvernement révolutionnaire

bandera-cubana--puoLE président des États-Unis. d’Amérique a décidé de proroger d’un an la validité arbitraire et agressive de l’Ordre exécutif 13692, signé le 8 mars 2015, qui déclarait l’« urgence nationale » pour faire face à la situation en République bolivarienne du Venezuela considérée comme une « menace inhabituelle et extraordinaire pour la sécurité nationale et la politique extérieure des États-Unis ».

Le prétexte mis en avant pour cette décision est que la « situation au Venezuela, décrite par l’Ordre exécutif 13692, ne s’est pas améliorée », ainsi que les allégations connues sur les supposées violations des droits de l’Homme, les persécutions et les arrestations arbitraires de membres de l’opposition, restrictions à la liberté de la presse, entre autres, attribuées au gouvernement vénézuélien.

Cette nouvelle action injustifiée contre un pays frère, pacifique et solidaire de Notre Amérique, fait fi de l’indignation et de la condamnation qu’a suscitées au 7e Sommet des Amériques au Panama la promulgation de cet Ordre injuste. Il prouve que l’ingérence dans les affaires intérieures du peuple vénézuélien n’a pas changé et que l’objectif de renverser la Révolution bolivarienne est toujours d’actualité.

Le gouvernement révolutionnaire de la République de Cuba exige le retrait de l’Ordre exécutif 13692 et réitère résolument et loyalement son appui inconditionnel et celui de notre peuple à la République sœur bolivarienne du Venezuela, au gouvernement légitime du président Nicolas Maduro et à l’union civique et militaire du peuple bolivarien qui lutte pour préserver la paix, l’ordre constitutionnel et les conquêtes de la Révolution, face aux tentatives de déstabilisation de l’opposition interne encouragée par les résultats des élections législatives, et qui réfutent les arguments fallacieux utilisés pour proroger l’Ordre exécutif.

Nous appelons les gouvernements et peuples de notre région à exiger le respect des principes de la Proclamation de l’Amérique latine et de la Caraïbe comme zone de paix, signée par les chefs d’État et de gouvernement au 2eSommet de la Celac à La Havane en janvier 2014.

La Havane, le 4 de mars 2016.

Deja un comentario

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos necesarios están marcados *

*