Actualité »

20 ans consacrés à la mémoire de José Marti

Jose Marti m,onumentoCes derniers jours, le Mémorial José Marti est en fête. Il vient non seulement de célébrer le 163e anniversaire de la naissance du Héros national cubain, mais également les 20 ans de sa fondation et, à cette occasion, de nombreux événements sont prévus en 2016.

L’histoire de la construction de ce monument commence dans les années 20 du siècle dernier avec l’arrivée à La Havane de l’architecte français Jean-Claude Nicolas Forestier, qui trace un plan d’urbanisation qui concevait la ville comme un ensemble de rues convergeant vers un centre.

Selon le projet de Forestier, le cœur de la ville serait le site où s’élève aujourd’hui le mémorial José Marti, appelé autrefois la Colline des Catalans. Le projet n’a pas vu le jour et la construction n’a jamais été menée à bien.

En 1937 une série de concours furent organisés afin de relancer l’idée. Il fallut attendre 1953 pour que la construction du monument au Héros national commence enfin. Les travaux durèrent 6 ans.

À partir de 1959, le site acquiert une importance politique avec le début des rassemblements populaires en soutien au processus révolutionnaire. Deux ans plus tard, le lieu est baptisé Place Civique, avant de prendre le nom définitif de Place de la Révolution.

Pendant une période, il hébergea le Musée de la Révolution. À l’occasion du centenaire de la mort de José Marti, en 1995, il fut décidé d’entreprendre la rénovation du Mémorial, qui fut inauguré le 27 janvier 1996 par Fidel Castro.

LE MUSÉE

Il convient de signaler que le monument à José Marti et le mémorial qui porte son nom sont deux lieux différents. Le premier est une construction datant de 1958 et le second fait office de musée. Arrêtons-nous sur le musée.

Il est constitué d’une étoile à cinq branches et abrite des œuvres de grande valeur patrimoniale. L’une d’elle est la fresque murale de céramique vénitienne du peintre et céramiste cubain Enrique Carabia, qui constitue la pièce la plus grande sous plafond de ce genre à Cuba.

Composée de 91 textes dont 89 sont des pensées extraites des œuvres de José Marti, recouverts d’or de 22 carats, la fresque laisse apparaître des fragments de la dernière lettre écrite par José Marti à sa mère Leonor Pérez depuis Montecristi, en République dominicaine.

Le bâtiment comprend également une tour de 142 mètres de haut – le point le plus haut de la ville – avec une visibilité, par temps clair, de 50 km à la ronde. Dans la partie supérieure de la tour, une table d’orientation permet de lire les distances vers plusieurs villes du monde.

Le mirador est l’un des centres d’intérêt du mémorial. Actuellement, il est en rénovation. De ce point, on peut observer les limites avec les provinces d’Artemisa et de Mayabeque, ainsi qu’une vue exceptionnelle de la baie et de la zone la plus

ancienne de la ville.

UNE INSTITUTION AUX TRÉSORS AUTHENTIQUES

Mettant à profit la forme d’étoile, le mémorial dispose de cinq salles d’exposition pour les visiteurs, où sont rassemblés des documents et des objets qui racontent la vie de José Marti. Ce sont des documents qu’il a écrits et la plupart sont des copies exactes des originaux. Parmi les pièces authentiques conservées par le Mémorial José Marti, se trouve un quetzal [oiseau mythique], offert par le président guatémaltèque à l’illustre patriote cubain en 1877, ainsi qu’une collection de monnaies et de billets originaux de l’époque et deux diplômes universitaires de José Marti.

On découvre également des reproductions, telles une lithographie de La Havane coloniale du 19e siècle, la copie du document des prisons de la ville et les documents nommant José Marti consul honoraire d’Argentine et du Paraguay auprès des États-Unis.

LES FESTIVITÉS POUR LES 20 ANS

Ces 20 années qui se sont écoulées depuis la fondation du Mémorial José Marti, justifient toutes les activités programmées pour fêter cette date. Ana Maria Troya Avila, chargée des Relations publiques, nous signale en premier lieu la prochaine présentation de la page web du complexe muséographique, qui devrait être terminée ce premier semestre 2016.

Le site offrira des informations sur la visite du musée, son histoire, la programmation des activités, ainsi que les œuvres patrimoniales dont il dispose.

Dans le cadre des festivités, il est prévu la présentation d’un nouveau numéro de la revue Algo mas que piedra, une publication du centre et du bulletin Para un amigo sincero, dans lesquels figurent les œuvres lauréates du concours destiné aux enfants – dessins et lettres à José Marti –, organisé chaque année par le Mémorial. À cette occasion, une édition spéciale sera éditée qui comprendra tous les travaux des lauréats de toutes les éditions du concours.

Le Musée accueillera aussi l’exposition collective Tengo mas que el leopardo, un hommage d’une vingtaine d’artistes plasticiens au Mémorial.

(Granma)

Deja un comentario

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos necesarios están marcados *

*