Actualité »

Journées intenses de Raul à Paris

Raul ultima ParisDurant le deuxième et dernier jour de sa visite dans ce pays, le président cubain Raul Castro Ruz a eu un programme de travail très chargé, notamment des entretiens avec les principaux responsables du gouvernement et de l’État français, ainsi qu’avec la Directrice générale de l’Organisation des Nations unies pour l’Éducation, la Science et la Culture (UNESCO).

La journée a débuté tôt au siège de l’UNESCO à Paris, une institution qu’avait également visitée le commandant en chef Fidel Castro Ruz, en 1995, au retour de sa participation au Sommet mondial pour le développement social à Copenhague.

La Directrice générale, Mme Irina Bokova, qui occupe ce poste depuis 2009 et que Raul avait rencontrée à La Havane à deux reprises, en novembre 2012 et, plus récemment, en septembre 2015, a accueilli le président cubain à l’entrée principale de l’édifice.

Elle a accompagné Raul dans les couloirs du bâtiment, célèbre non seulement pour son statut de siège de cette institution des Nations unies mais aussi pour son admirable architecture. Des dizaines de fonctionnaires de l’UNESCO, qui s’étaient rassemblés pour attendre Raul, l’ont accueilli par des applaudissements et des vivats. Certains d’entre eux avaient été témoins de l’entrée de Fidel dans l’Institution voilà plus de deux décennies.

Le président de l’Assemblée nationale, Claude Bartolone, a également rencontré Raul Castro. Photo:Estudio Revolución

De même que lors des réunions précédentes, les entretiens se sont déroulés dans un climat cordial, fondé sur une histoire de près de vingt ans de relations entre Cuba et l’UNESCO. Entre autres questions, le président et la directrice ont échangé des vues sur l’importance de la mise en œuvre du Programme pour le développement durable à l’horizon 2030, adopté récemment à l’ONU, et à travers lequel tous les pays se sont engagés, entre autres objectifs, à assurer une éducation de qualité pour tous et à éradiquer la pauvreté.

Mme Bokova s’est engagée au nom de l’UNESCO à poursuivre son travail d’accompagnement de Cuba à chaque étape de son développement, soulignant que l’horizon de la coopération entre les deux parties est très vaste, et elle a qualifié de positifs les résultats obtenus par l’Île des Caraïbes en matière d’éducation.

Raul, quant à lui, a déclaré que Cuba est prête à continuer à travailler avec tous les pays du monde, comme elle l’a fait, par exemple, dans le cas des pourparlers de paix en Colombie et dans la lutte contre l’épidémie d’Ébola en Afrique de l’Ouest.

.Au terme de sa visite au siège de l’UNESCO, le chef d’État cubain s’est rendu à l’Assemblée nationale pour y rencontrer son président, Claude Bartolone. Une nouvelle fois, Raul a été reçu avec les mêmes honneurs que lors de la cérémonie à l’Arc de Triomphe, salué par la cavalerie de la Garde républicaine.

Au cours de la rencontre, les deux dirigeants se sont félicités de l’excellent état des relations entre les deux pays, notamment de leurs liens parlementaires, reconnaissant le rôle actif du Groupe d’amitié France-Cuba de l’Assemblée nationale française, un groupe créé dans les années 70 comptant 38 députés, tous partis confondus.

La maire de Paris, Mme Anne Hidalgo s’est déclarée très émue par sa rencontre avec Raul. Photo: Estudio Revolución

Vers midi, alors que la température ne dépassait pas 11º, Raul est arrivé au siège du Sénat, connu comme le Palais du Luxembourg. Il convient de signaler que le Parlement français est composé de deux chambres : l’Assemblée nationale et le Sénat.

Raul a été accueilli dans la cour intérieure de l’édifice par le président du Sénat, M. Gérard Larcher, deuxième personnalité du gouvernement français. Après avoir salué le chef de la Garde d’honneur, passé en revue les troupes et posé pour la traditionnelle photo devant les médias, les deux dirigeants sont entrés dans le bâtiment, où se sont déroulés les entretiens qui ont porté sur des questions d’intérêt commun. Ils ont également fait des vœux pour développer les échanges entre le Sénat français et l’Assemblée nationale du Pouvoir populaire.

Raul était ensuite attendu à la Mairie de Paris, par la Maire, Mme Anne Hidalgo. Au terme de leur rencontre, elle a déclaré à la presse cubaine que l’entretien avec Raul avait été très émouvant. Elle a rappelé ses origines espagnoles et les liens qui l’ont toujours unie à Cuba, qui « est un pays que j’aime beaucoup », a-t-elle dit.

Et de poursuivre : « Les villes de Paris et La Havane vont travailler ensemble pour construire une nouvelle relation. C’est un moment historique ».

Auparavant, Raul avait exprimé, dans un document commémoratif de la visite, sa satisfaction pour les liens étroits qui ont unis Cuba à cette ville, tellement admirée par le Héros national, José Marti.

Par des hasards du destin et de l’Histoire, la Mairie de Paris fut présidée de 1879 à 1881 par un Cubain, Severino de Heredia, un fait qui a également été évoqué lors des entretiens.

La journée marathonienne de la délégation cubaine s’est poursuivie par une réunion avec le Premier ministre, Manuel Valls, à l’Hôtel Matignon, un entretien qui a confirmé l’excellent état des relations et la dynamique des échanges entre les deux gouvernements, conformément aux accords issus de la visite de François Hollande à La Havane. Afin de donner continuité à cette rencontre importante d’il y a neuf mois, Raul Castro a invité le Premier ministre français à se rendre à Cuba.

En fin d’après-midi et sous la pluie, Raul est arrivé au Musée de l’Homme, qui présente une impressionnante exposition consacrée à l’ethnologie, l’anthropologie et la préhistoire. Au cours de la visite d’une partie de ses salles, sous les flashs des journalistes qui l’avaient suivi jusque dans le Palais de Chaillot, situé Place du Trocadero, Raul a pu admirer la plus grande collection, qui existe en France dédiée à la vie de l’Homme.

Après une visite d’environ une heure au cours de laquelle il a posé des questions aux guides sur les objets exposés qui attiraient son attention, il a eu la dernière surprise de la soirée : Rassemblés à l’extérieur du musée, des dizaines d’amis de Cuba, comme à son arrivée, attendaient Raul en brandissant des drapeaux cubains et en scandant des vivats à Raul, Fidel et à la Révolution cubaine. Une belle scène qui s’est répétée à plusieurs reprises à Paris durant son séjour et qui a confirmé que ce n’est pas par hasard si Cuba est arrivée avec tant de dignité en France et qu’elle a été accueillie avec tous les honneurs.

(Leticia Martínez, Granma)

Deja un comentario

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos necesarios están marcados *

*