Actualité »

Plus de 300 œuvres ont été envoyées au prestigieux concours littéraire

Premio CasaLe Prix Casa, l’un des plus prestigieux concours littéraires du continent, a un impact indiscutable sur les écrivains latino-américains et caribéens. Tant et si bien que chaque année, des centaines d’œuvres parviennent à l’institution dont le siège se trouve à La Havane.

Selon l’essayiste Jorge Fornet, directeur du Centre pour la recherche littéraire qui organise cet événement, à l’occasion de la 57e édition, plus de 400 œuvres sont en lice dans les catégories : conte, théâtre, essai sur des thèmes artistiques et littéraires, littérature brésilienne, littérature caribéenne en langue française ou en créole et études sur les cultures originaires d’Amérique.

Ce nombre est l’un des aspects notables du Prix Casa, qui est devenu une sorte de thermomètre des sujets, des tendances et des poétiques actuelles.

Le fait que tout au long de ces 56 années, de jeunes écrivains aient continué de briguer un prix qui n’a pas grand attrait sur le plan économique est le signe du prestige acquis par l’intégrité du jury qui ne s’intéresse qu’aux valeurs esthétiques des œuvres.

De plus, participer à un concours qui a été marqué par de grands écrivains, aussi bien parmi les lauréats que parmi le jury, est en soi une reconnaissance.

À l’occasion d’une rencontre avec la presse avant le début de l’événement Fornet a annoncé un moment spécial : la conférence magistrale, le 26 janvier à la Salle Che Guevara, offert par l’ancien président uruguayen José Mujica, qui sera accompagné par son épouse, la sénatrice Lucia Topolansky.

Le 18, le discours d’inauguration sera prononcé par Santiago Gamboa, écrivain, diplomate et journaliste colombien, et également membre du jury dans la catégorie Conte avec Ana Quiroga (Argentine), Ramiro Sanchiz (Uruguay), Eduardo Lalo (Porto Rico) et Pedro Juan Gutiérrez (Cuba).

LE JURY

Comme de coutume, les jurés ont été présentés lors de cette première rencontre avec la presse. Théâtre: André Carreira (Brésil), Mariana Percovich (Uruguay), Luis A. Ramos Garcia (Pérou-États-Unis.), Alejandro Roman Bahena (Mexique) et Fatima Patterson (Cuba) ; Essai sur des sujets artistiques et littéraires : Sandra Lorenzano (Argentine/Mexique), Julio Ramos (Porto Rico) et Mayerin Bello (Cuba).

La littérature brésilienne aura pour jurés Idelber Avelar (Brésil), Viviana Gelado (Argentine) et Consuelo Rodríguez Muñoz (Mexique), tandis que la littérature des Caraïbes en français ou en créole, Aura Marina Boadas (Venezuela), Gary Victor (Haïti) et Josefina Castro Alegret (Cuba). Quant au prix Études sur les cultures originaires d’Amérique le jury est composé de Natalio Hernandez (Mexique), Javier Lajo Lazo (Pérou) et Claudia Zapata Silva (Chili).

Une curiosité cette année, signale Fornet, les 22 membres du jury sont répartis indistinctement entre les différentes variantes linguistiques.

« Par exemple, les juges de littérature brésilienne ne parlent pas toujours portugais, ainsi on encourage l’interaction et l’on brise les barrières invisibles de la langue. »

Pour les lectures des œuvres les jurés se rendront à Cienfuegos, « la Perle du Sud », à 256 kilomètres de La Havane.

De retour dans la capitale, les journées de clôture de ce véritable événement culturel seront intenses, avec l’annonce du palmarès des Prix Casa 2015, accompagnée de conférences et de causeries offertes par des écrivains qui composent les différents jurys sur des questions liées la production littéraire et théâtrale la plus récente dans la région.

Silvia Llanes, directrice du Département des arts plastiques de la Casa, a annoncé l’inauguration de deux expositions intéressantes à l’occasion du Prix, lesquelles expriment le lien entre la littérature et le dessin humoristique.

La première exposition, intitulée Les intrépides, est constitués d’œuvres de la collection Art de Notre Amérique et comprend des créations d’artistes comme Rogelio Naranjo (Mexique), Pedro Leon Zapata (Venezuela) et des Cubains René de la Nuez et Alberto Morales, « Ajubel », et la deuxième proposition, Les mondes de Quino, a pour thème, précise Llanes, une figure essentielle de l’humour graphique latino-américain et international, l’Argentin Joaquin Salvador Lavado, à l’occasion du 50e anniversaire de son personnage le plus célèbre: Mafalda.

Les lauréat 2016 de ce prestigieux prix Casa de las Américas seront annoncés le 28 janvier.

(Granma)

Deja un comentario

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos necesarios están marcados *

*