Actualité »

Rencontre continentale pour la défense de la souveraineté et des conquêtes sociales

encuentro integracion regionalLa rencontre continentale « Défaite de la Zlea, 10 ans après » s’est achevée par la condamnation des coups d’État, de l’occupation de territoires et de la présence militaire accrue dans la région, ainsi que sur le soutien à la Proclamation de l’Amérique latine et la Caraïbe comme zone de Paix.

Au terme de trois jours de débats au Centre des Conventions de Cojimar, la déclaration finale a souligné la naissance il y a plus de 10 ans de cette campagne continentale, d’une grande diversité de forces et d’actions, ce qui s’est traduit par une montée des luttes et des mobilisations.

Dans la cadre de la rencontre, les mouvements sociaux et les organisations syndicales ont signalé dans le document final certains des principaux axes de lutte : l’opposition au libre-échange et aux transnationales ; l’approfondissement des processus démocratiques et la défense des souverainetés ; l’intégration des peuples et la solidarité comme pratique quotidienne.

Par ailleurs, une déclaration spéciale de solidarité avec la Révolution bolivarienne et Haïti a été adoptée.

Prenant la parole lors de la cérémonie de clôture, José Ramon Balaguer Cabrera, membre du Secrétariat du Comité central du Parti et chef du Département des Relations extérieures, a déclaré que « la victoire sur la ZLEA est une bataille qui symbolise le changement d’époque en Amérique latine ». Dans ce sens, Balaguer a appelé à travailler pour l’unité et la convergence dans la diversité.

Concernant Cuba, il a expliqué qu’aujourd’hui le pays poursuit la construction d’un socialisme prospère et durable, à travers lequel il s’agit d’élever les niveaux de bien-être de la population.

Dans le cadre de la dernière journée s’est tenu le panel : Cuba, processus de mise à jour du modèle économique et social, animé par Onelio Sosa, coordinateur du Département économique du Comité central du Parti ; Luis Manuel Castanedo, Secrétaire général de la CTC à La Havane, et Isabel Moya, directrice des Éditions de la revue Mujer.

Dans un second temps, les participants ont pu assister à une présentation spéciale sur l’état actuel des relations entre les États-Unis et Cuba, dans laquelle le Pr Jesus Arboleya a procédé à l’historique des relations entre les deux pays jusqu’à nos jours.

Globalisons la lutte ! Globalisons l’espoir ! Tels étaient les slogans qui ont guidé les débats à des membres et des dirigeants de plus de 110 organisations de 24 pays, réunis à La Havane.

(Granma)

Deja un comentario

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos necesarios están marcados *

*