Actualité »

Cuba plaide pour un accord juste au Sommet climatique de Paris

conf paris« CUBA, en tant que pays insulaire en développement, est très intéressée par le fait qu’il y ait un accord au Sommet sur le climat à Paris », a affirmé à La Havane Pedro L. Pedroso, représentant cubain chargé des négociations à ce sommet.

Le diplomate a affirmé que durant un séminaire d’information sur le changement climatique en vue de la conférence de Paris COP21, organisé par la Délégation de l’Union européenne à La Havane, « les Cubains plaident pour un accord juste, équilibré et facilitateur ».

Et d’ajouter que ce dernier ne doit pas supposer des actions à caractère punitif, où l’on stigmatise des pays. Ce doit être un accord pour lequel et envers lequel le monde entier ait la volonté de contribuer à la mise en œuvre.

« Il doit donner les moyens nécessaires aux États, qui ne sont pas en situation de développement, afin qu’ils puissent participer à l’effort climatique mondial », a signalé Pedro L. Pedroso, qui est également directeur adjoint général pour les Affaires multilatérales et le Droit international au ministère des Relations extérieures.

Pedroso a déclaré : « Cuba plaide en faveur d’un accord facilitateur comportant des actions de soutien importantes visant une plus grande participation des pays en développement dans l’effort mondial de lutte contre le changement climatique.»

Par ailleurs, le spécialiste cubain a souligné que cette conférence doit prévoir un cadre qui permette aux pays en développement de mettre en œuvre des actions significatives d’adaptation au changement climatique « le permettant de combler leurs besoins les plus urgents », a-t-il précisé.

« Pour Cuba, la question de l’adaptation est vitale, car nous devons faire face aux effets du changement climatique, dont l’archipel cubain souffre déjà », a-t-il dit.

Concernant l’Amérique latine et la Caraïbe, il s’agit d’une question essentielle, qui a été l’objet de discussions aux Sommets de la Communauté des États latino-américains et caribéens (Celac), dont sont issues plusieurs déclarations sur le sujet, de même que lors de réunions des pays membres de l’Alliance bolivarienne pour les peuples de Notre Amérique

« Ces questions ont été soulevées lors de la Conférence COP20 qui a eu lieu à Lima (Pérou), où l’Amérique latine a pris une position des plus fermes », a-t-il signalé.

De nombreux pays de la région, a-t-il ajouté, ont déjà fait part de leurs contributions nationales définies en vue de l’accord de Paris, ce qui reflète tout le travail mené dans le contexte régional.

Selon Pedro L. Pedroso, tous les pays doivent faire preuve de davantage d’union pour faire aller de l’avant le prochain accord qui sera pris à Paris.

(Prensa Latina)

Deja un comentario

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos necesarios están marcados *

*