Actualité »

L’ananas cubain se place sur le marché européen

Cuba Piñas

AVEC  l’arrivée en Espagne de la première livraison d’ananas de qualité en provenance de Ciego de Avila, Cuba a élargi le marché du roi des fruits en Europe.

« Les premiers à recevoir il y a quelques années ce fruit sucré et très prisé ont été les Italiens et les Français », a déclaré à l’Agence AIN, Jorge Sanchez, responsable des exportations de l’entreprise agro-industrielle Ceballos.

« L’objectif est d’augmenter les exportations de ce fruit, de variété MD-2, dont les plants ont été importés il y a 5 ans à Ciego de Avila du Costa Rica », a-t-il expliqué.

Les agriculteurs, qu’ils soient d’État ou indépendants, se sont spécialisés dans cette culture, car dans certaines zones son rendement atteint une centaine de tonnes par hectare, soit quatre fois plus que les variétés Española Roja et Cayena Lisa, qui sont également cultivées pour le marché local et l’industrie.

Sanchez a précisé que 730 tonnes ont été exportées cette année et que les plantations actuelles permettent d’atteindre les 920 tonnes prévues pour l’année 2015.

L’ingénieur Reinaldo de Avila, qui est chargé du développement fruitier de la région, a souligné que la variété MD-2 est extrêmement avantageuse, mais sa culture a besoins de soins minutieux, comme un bon drainage, le nivellement du sol, une irrigation aérienne, des engrais chimiques, des pesticides et autres intrants.

En dépit de ces exigences, le programme prévoit la plantation de 2 500 hectares jusqu’à 2020, afin d’augmenter les exportations, bénéficier à l’économie nationale et maintenir ou dépasser le salaire moyen per capita des cultivateurs, qui est supérieur à 1 300 pesos mensuels.

Ceci grâce aux résultats de production et en raison de l’essor de la goyave et de la mangue, les deux fruits les plus cultivés dans la région.

Depuis presque 100 ans, on cultive l’ananas à Ciego de Avila, où la production la plus importante fut de 30 000 tonnes dans les années 80. À partir de cette période, les récoltes ont été six fois moins importantes, à cause du manque de matériel dû au criminel blocus économique, commercial et financier imposé par les États-Unis à Cuba. (AIN)

ARRIVÉE DE TRACTEURS CHINOIS DANS LES CAMPAGNES CUBAINES

La fourniture à Cuba de 587 tracteurs par le groupe chinois YTO, leader dans la fabrication de machines agricoles, a donné une bouffée d’air à la production nationale d’aliments, compte tenu notamment de l’obsolescence technologique existante dans ce secteur clé.

Pedro Sotto, directeur général de l’Institut de recherches de l’ingénierie agricole, institution qui a vérifié l’efficience des équipements avant leur importation, a souligné à l’AIN, l’importance de cette acquisition, qui viendra épauler des activités prioritaires, dont la production de légumes secs, de sucre et de lait.

Il a expliqué que dans le cadre de l’accord entre l’entreprise chinoise et la cubaine Tecnoimport, son Institut a validé l’achat de tracteurs de différentes puissances, qui ont été soumis à des contrôles par des techniciens des deux pays, alors que dans le même temps les travailleurs cubains sont formés à l’utilisation de ces engins.

Sotto a précisé que les plus puissants (160 chevaux) seront destinés à l’industrie sucrière pour la plantation, la récolte de la canne à sucre et la préparation des sols, alors que les tracteurs plus légers (entre 65 et 90 chevaux) seront affectés à des travaux agricoles plus légers et au traitement sanitaire.

Il en résulte que cela aidera aussi à rationaliser l’usage des ressources et à optimiser les rendements de ces équipements onéreux, qu’il est possible d’acquérir grâce à des garanties et des facilités de paiement accordées par les fabricants chinois, a indiqué le chercheur.

« Avant l’importation des engins, des techniciens cubains ont été formés au sein des fabriques chinoises, afin d’analyser également les problèmes détectés pendant la période d’essai », a-t-il indiqué.

Et d’affirmer que dans le cadre du contrat, les pièces de rechange nécessaires sont déjà à Cuba, ce qui permet d’assurer le fonctionnement adéquat de ces engins agricoles au moins pendant deux ans, période de garantie convenue entre les deux parties.

Les tracteurs sont depuis le mois d’août à Cuba et seront distribués dans toutes les provinces, en accord avec la politique du ministère de l’Agriculture, en particulier, celle liée aux programmes de réduction des importations, telles que les légumes secs et le lait.

(AIN)

Deja un comentario

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos necesarios están marcados *

*