Actualité »

Rencontre sur les théâtres Cubains du 19e siècle

teatro MatanzasInvestigateurs, historiens, architectes et directifs participeront à la 4 édition de la Rencontre de Théâtres Cubains du 19e siècle, prévu ici le 8 et 9 septembre prochains, selon le comité organisateur.

Cecilia Sodis, directrice du Théâtre emblématique Sauto, siège de l’évènement, a commenté à la Presse Latine que la réunion facilitera des échanges pour que ces institutions se convertissent, dans un avenir, dans des réels centres culturels.

“On poursuit de plus tracer des lignes dans le terrain économique, incorporer ces salles aux routes touristiques et, spécialement, la conservation de ces immeubles”, elle a ajouté. Sauto est resté ouvert au public depuis 1863 dans un endroit central de cette grande ville, à 100 kilomètres à l’est de La Havane, qui en 2015 accomplit 322 ans depuis sa fondation.

Le rechercheur Daneris Fernández a expliqué que dans ce rendez-vous biennal, unique de son type dans le pays, plus de 20 exposés seront discutés des faits historique – scéniques, architecture, conservation patrimoniale et les dynamiques du public. Fernández a remarqué que de plus de 60 théâtres édifiés à Cuba pendant l’époque coloniale, seulement neuf subsistent dans les villes de Camagüey (Principal), de Sancti Spíritus (Principal), Matanzas (Principal et Sauto) et dans Gibara (Colonial).

Ils complètent le listing Santa Clara (La Caridad), Cienfuegos (Terry), La Havane (Martí) et Pinar del Rio (Milanés), elle a indiqué.

“Une nouveauté de cette édition sera la présentation de travaux d’ enceintes théâtrales qui ont été construits au 20e siècle, mais méritent une attention particulière gráce a certaines specifications et une importance dans plus d’un sens ‘, a-t-il ajouté.

Il s’agit – a-t-il ajouté – des théâtres Vicente Mora (Guanajay), La Caridad (trinidad) et de Martí (Bolondrón), qui ressortent par des valeurs historiques, patrimoniales et scéniques, et par le singulier de s’ériger en municipalités et non en chevets de provinces.

(Prensa Latina)

Deja un comentario

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos necesarios están marcados *

*