Actualité »

La CEPAL estime que le blocus est un frein à la croissance de Cuba

Cuba, pueblo, bloqueoLa Commission économique pour l’Amérique latine et les Caraïbes (Cepal) a déploré le frein à la croissance économique de Cuba que représente le blocus, tout en soulignant les progrès de l’Île des Caraïbes.

En conférence de presse dans cette capitale, la secrétaire exécutive de la Cepal, Alicia Barcena, interrogée sur les perspectives économiques de Cuba, a déclaré que bien que les progrès soient significatifs, « la barrière redoutable du blocus est toujours présente ».

Alicia Barcena a déclaré à l’agence Prensa Latina au siège central de la Cepal à Santiago du Chili que malgré des ouvertures dans certains secteurs du tourisme, du commerce et autres, « la vérité, c’est que le blocus continue d’augmenter les coûts financiers ».

Nous avons présenté un rapport pour l’Assemblée générale de l’ONU, et calculé que le coût du blocus imposé à Cuba s’élevait à environ 117 milliards de dollars jusqu’en 2014.

Elle a signalé que certaines restrictions de voyages ont été levées, mais que cette question reste très importante.

« Nous croyons cependant que 11 secteurs, qui vont attirer du capital étranger, seront beaucoup plus actifs, comme l’agro-alimentaire, la biochimie, les énergies renouvelables, la construction, le nouveau port de Mariel », a-t-elle signalé.

Par ailleurs, elle s’est félicitée des transformations dans l’économie cubaine et des changements de certaines lois, ce qui apportera certainement des résultats positifs, a-t-elle estimé.

Barcena a également évoqué les prévisions de croissance économique de Cuba cette année, avec une dynamique qui a dépassé les calculs initiaux de la Cepal, avec un taux de croissance prévu à 4%.

Selon la source, les pays de l’Amérique latine et des Caraïbes auront une croissance d’environ 0,5 % en 2015.

Bien que la décélération soit un phénomène généralisé dans la région, la Cepal prévoit une croissance hétérogène entre les sous-régions et les pays : l’Amérique du Sud montrerait une récession de -0,4 %, l’Amérique centrale et le Mexique, une croissance de 2,8 %, et les Caraïbes de 1,7 %.

Le Panama sera en têe de l’expansion régionale avec une hausse de 6 %, suivi d’Antigua-et-Barbuda (5,4 %), la République dominicaine et le Nicaragua (avec 4,8 %), a-t-elle indiqué.

(Diario Granma)

Deja un comentario

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos necesarios están marcados *

*