Actualité »

Kerry : « C’est le début d’un nouveau chapitre entre les États-Unis et Cuba »

john_kerry-621x414LE secrétaire d’État des États-Unis, John Kerry, a affirmé le 1er juillet à Vienne qu’un nouveau chapitre s’ouvre dans les relations entre son pays et Cuba, à la suite de l’accord visant au rétablissement des relations diplomatiques et l’ouverture d’ambassades à La Havane et Washington

Kerry, qui se trouve dans la capitale autrichienne pour assister aux négociations sur l’accord nucléaire avec l’Iran, a déclaré que cette transition, ce moment historique, sont possibles grâce à la décision du président Barack Obama de changer une politique envers Cuba qui n’a pas fonctionné et qui s’est maintenue durant de nombreuses années.

Le chef de la diplomatie nord-américaine a ajouté que ce changement est le fruit du leadership d’Obama et il a reconnu que le président de Cuba, Raul Castro, a agi de manière similaire.

« Les deux chefs d’État sont convenus qu’ils devaient se concentrer sur les questions et les possibilités dans une perspective d’avenir et ceci est beaucoup plus productif que de rester prisonniers du passé », a déclaré Kerry.

« Si nous regardons le monde aujourd’hui, avec les conflits dont nous sommes témoins, il est important que les gens comprennent que les choses peuvent changer. Ce nouveau type de leadership peut être efficace et marquer une différence, a-t-il indiqué.

Il s’est félicité de l’accueil que la communauté internationale a réservé à cette étape importante que « nous avons longtemps recherchée », a-t-il dit.

« Je crois sincèrement que cette ouverture aidera à changer complètement les relations dans la région. Ces actions feront progresser la vision du président Obama concernant l’Amérique latine ».

Kerry a remercié la secrétaire d’Étatadjointe pour l’hémisphère occidental, Roberta Jacobson et son équipe de négociation, ainsi que le personnel de la Maison Blanche, qui ont œuvré pour mener à bien ces discussions avec leur contrepartie cubaine afin de rendre possible le rétablissement des relations diplomatiques et la réouverture des ambassades.

Il a remercié également le gouvernement de la Suisse pour « le rôle essentiel qu’il a joué en tant que pouvoir protecteur des États-Unis à Cuba pendant plus de 50 ans ».

Pour finir, il a déclaré qu’il souhaitait rencontrer bientôt son homologue cubain, en particulier le ministre des Relations extérieures, Bruno Rodriguez.

« J’espère assister à l’ouverture de l’ambassade des États-Unis à La Havane et rencontrer notre personnel là-bas, ainsi que le peuple cubain au début de cette nouvelle ère de relations » a-t-il conclu. (Rédaction Granma International)

Deja un comentario

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos necesarios están marcados *

*