Actualité »

Le Sommet Celac-UE condamne le blocus contre Cuba et ses effets extraterritoriaux

cumbre UE CelacLa Déclaration finale du Sommet de la Communauté des États d’Amérique latine et de la Caraïbe (Celac) et l’Union européenne (UE) a rejeté le blocus US contre Cuba et ses effets extraterritoriaux.

Le 2e Sommet Celac-UE, qui s’est déroulé pendant deux jours dans l’immeubleJustusLipsius, siège principal du Conseil de l’Union européenne, a réuni plus d’une quarantaine de chefs d’État et de gouvernement, ainsi que des délégations de haut niveau de 61 pays des deux régions.

Il est signalé dans le document que les dispositions contenues dans la Loi Helms-Burton ont des conséquences tragiques sur le plan humanitaire et entravent le développement des relations économiques entre la grande Île de la Caraïbe et l’UE et d’autres pays. « Les mesures coercitives unilatérales sont contraires au droit international », est-il précisé.

Le document prend note de la Déclaration spéciale de la Celac contre les actions unilatérales contre le Venezuela, adoptée le 29 janvier, et du communiqué de solidarité avec ce pays approuvé le 26 mars.

Par ailleurs, le document final se félicite de la proclamation de l’Amérique latine et de la Caraïbe comme Zone de Paix, et de l’engagement de cette région dans la résolution pacifique des différends.

Le Sommet a également salué l’annonce faite le 17 décembre par les présidents de Cuba, Raul Castro, et des États-Unis, Barack Obama, d’avancer vers le rétablissement des relations bilatérales. « Dans ce contexte, nous espérons l’adoption de mesures en vue de la levée du blocus », est-il souligné dans la déclaration.

La Déclaration politique et la Déclaration de Bruxelles adoptée par les délégations de 61 pays (les 33 pays membres de la Celac et les 28 de l’UE) se sont engagées à œuvrer au renforcement de l’association sur la base des liens historiques birégionaux.

À cet égard, le chef d’État équatorien et président en exercice de la Celac, Rafael Correa, s’est déclaré satisfait de ce Sommet, qu’il a qualifié de « très fructueux, qui a permis un rapprochement des deux blocs et d’aborder des questions d’intérêt mutuel et général », a rapporté l’agence Prensa Latina.

« Le Sommet a mis un accent particulier sur le problème du changement climatique, et nous sommes convenus d’obtenir, à la réunion de décembre, à Paris, des accords contraignants pour protéger notre planète », a-t-il dit.

Rafael Correa a signalé que les discussions ont également porté sur le thème de l’émigration clandestine vers l’Europe, un problème qui requiert des solutions globales.

Les participants se sont également accordés sur la nécessité d’un nouveau type de coopération pour l’Amérique latine et la Caraïbe.

Le président Correa a affirmé que « notre région n’a plus besoin de soutien pour construire une petite école, un centre de santé ou un chemin rural. Ce qu’il lui faut, c’est de la science et de la technologie pour épanouir et mettre à profit ses talents».

(Granma)

Deja un comentario

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos necesarios están marcados *

*