Actualité »

La force de la volonté humaine

medicos nepalLES réseaux sociaux ne cessent de diffuser des images et des commentaires sur les 49 coopérants cubains, dont 25 médecins de spécialités différentes, partis au Népal pour apporter leur aide aux victimes du violent séisme et ses répliques qui ont coûté la vie à plus de 8 600 personnes.

Ces membres de la 41e Brigade du Contingent international Henry Reeve, spécialisé dans les situations de catastrophes et de graves épidémies, ont établi un hôpital de campagne qui offre plusieurs services gratuits : unité chirurgicale, stérilisation, soins intensifs, unité de diagnostic (radiographie, échographie, scanner), ainsi que des services de consultation et de rééducation.

Selon les comptes twitter @CubahelpsNepal et @ZenerCaro, ainsi que les pages Facebook, illustrées de photos de cette mission humanitaire, au 24 mai 2015 le personnel cubain avait déjà pris en charge 2 207 patients et pratiqué 18 chirurgies.

Le Dr Orestes Noel Mederos Curbelo, professeur et chercheur titulaire, a eu l’amabilité de répondre à un courriel envoyé par Granma international :

« Malgré l’ampleur de la catastrophe au Népal, nous avons trouvé une population calme, peut-être résignée au sort qui lui est réservé par la nature. Dans les rues, des familles entières dorment sur les trottoirs, dans les villages les Népalais se regroupent par milliers sous des tentes dans des camps de fortune et font la cuisine à même le sol…

Le panorama reste désolant : des milliers d’immeubles effondrés, d’autres gravement endommagés aux murs craquelés et crevassés profondément à certains endroits.

Notre arrivée le 25 avril a coïncidé avec une forte réplique de 7,3 sur l’échelle de Richter qui a encore fait des dizaines de morts et de blessés. Cet avertissement de la nature n’aura pas entamé d’un iota la volonté de notre personnel qui, moins de 24 heures après avoir foulé le sol népalais, avait fini de monter toutes ses tentes de campagne.

Nous nous sommes installés non loin d’un établissement de santé spécialisé dans la recherche et à l’Ayurveda, une médecine homéopathique ancienne. Ce centre a été transformé au prix de gros efforts en une unité d’assistance intégrale, avec des services de consultation, d’hospitalisation, bloc opératoire, salle de soins intensifs, services de radiographie et d’échographie, et entrepôt.

Dans les premières 48 heures, grâce à des groupes électrogènes venus de Cuba, nous avons pu apporter un peu d’éclairage aux tentes de campagne pour permettre à nos spécialistes en médecine intégrale de commencer à accueillir la population. Avec leurs sacs à dos bourrés de médicaments, ils ont prêté leurs services au Centre solidaire de santé de Bhaktapur et au Centre d’accueil pour personnes âgées de la fondation privée Heritage Hope de Katmandou.

L’effet a été immédiat. Le peuple népalais devait s’étonner devant la découverte d’un phénomène nouveau pour elle : la pratique de la médecine communautaire intégrale. Nos médecins, avec le soutien de la population et des autorités communautaires, ont organisé des consultations, appliqué la méthode clinique pour le diagnostic, distribué gratuitement les médicaments et assuré les traitements nécessaires en matière de chirurgie et de rééducation.

Notre silencieuse installation sanitaire s’est progressivement peuplée des sons les plus divers avec le début des interventions chirurgicales, les hospitalisations et les admissions en soins intensifs et autres services.

La ligne de soins primaires a été articulée par nos spécialistes en médecine générale intégrale avec celle des soins secondaires pour les traitements cliniques et chirurgicales assurés par des professionnels de haut niveau, comme le prévoit le système de santé intégral cubain.

La brigade est demeurée fidèle à la pratique du travail solidaire avec des spécialistes et des organisations d’autres pays venus en aide aux victimes de la catastrophe au Népal, et dont la plupart n’a effectué qu’un séjour limité, si bien qu’à l’heure actuelle notre brigade a élargi ses travaux avec la prise en charge des patients diagnostiqués par d’autres groupes internationaux.

Non seulement nous apportons notre aide aux victimes des tremblements de terre, mais nous devons faire face à ce que certains appellent la demande non satisfaite dans la sphère de la santé. Nous apportons une aide intégrale, gratuite et humanitaire. Car la solidarité n’est pas de donner ce que nous avons en trop mais bien de partager ce que nous avons.

La principale réussite de la brigade médicale au Népal n’est pas la reconnaissance du travail d’un seul homme, mais la volonté humaine et l’effort collectif vers un objectif commun.

(Granma)

Deja un comentario

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos necesarios están marcados *

*