Actualité »

La Biennale derrière le mur… et au-delà

patinaje malecónAu terme de sa première fin de semaine, la 12e Biennale de La Havane s’éloigne de plus en plus du concept de la grande exposition pour prendre ses quartiers dans les communautés et occuper les places, les parcs et autres lieux publics, afin d’établir un dialogue entre un millier d’artistes cubains et étrangers avec notre réalité.

Dans l’après-midi de dimanche, le projet collatéral Derrière le mur, auquel participent plus d’une soixantaine d’artistes étrangers, s’est installé sur le Malecon havanais, en proposant des œuvres d’art qui suscitent l’interaction avec le public.

Sans aucun doute, l’une des plus attractives est La piste de glace, du Nord-américain Duke Riley, située entre le Malecon et la rue Belascoain. Une œuvre qui est le fruit de la recherche de cet artiste new-yorkais sur l’histoire des pistes de patins à glace à Cuba vers le milieu du siècle dernier. La pièce, constituée de lames d’un matériau aux caractéristiques physiques semblables à celles de la glace, permettra au public de patiner et d’assister à des matches de hockey organisés pour cette occasion.

Les pièces Delicatessen, de Roberto Fabelo ; Balance cubano, de Inti Gabriel ; Arbol de Luz, de Rafael Villares et Cuba azul, de Rachel Valdes, entre autres, figurent dans cette exposition qui s’étend le long du Malecon, depuis le Parc Maceo jusqu’à la Punta.

L’exposition Derrière le mur se poursuivra jusqu’au 22 juin, date de clôture de la Biennale.

Par ailleurs, au Pavillon Cuba, dans le quartier du Vedado, a eu lieu l’ouverture de l’exposition Entre, Dedans, Dehors/ Between, Inside, Outside, un projet collectif qui réunit une quinzaine d’artistes, auquel s’est ajoutée samedi la performance Tercer Paraiso, de l’Italien Michelangelo Pistoletto, sur la Place de la Cathédrale. Quant à l’artiste indien Nikhil Chopra, il poursuivait La perla negra, une performance de 60 heures ininterrompues, démarrée vendredi dernier, au cours de laquelle l’artiste restera enfermé dans une cage installée sur la Place d’Armes afin d’établir de nouvelles relations avec le public.

Cette semaine, plusieurs espaces d’expositions et d’interventions publiques seront inaugurés, comme le Musée organique de Romerillo (MOR) ; le projet collectif Con lentes de contacto (Avec des lentilles de contact), à l’Institut supérieur d’art et les performances Des-Concierto II y III, d’Adonis Ferro au Pavillon Cuba.

(Granma)

Deja un comentario

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos necesarios están marcados *

*