Actualité »

Raul en Italie : « Je suis content et satisfait de cette visite »

raulpapaLe président Raul Castro Ruz a profité de son escale technique dans la capitale italienne pour rencontrer le Pape François et le Premier ministre Matteo Renzi.

« Je suis content et satisfait de ces entretiens », a-t-il déclaré à la presse. Le Souverain Pontife de l’Église catholique et le chef d’État cubain ont eu leur premier entretien personnel dans la matinée du dimanche 10 mai, dans la Cité du Vatican.

Au terme de cet entretien privé qui a duré près d’une heure, le président cubain a signalé au cours d’un point de presse qu’il avait eu « une conversation magnifique avec le Saint Père. Je suis très content et je suis venu le remercier pour ce qu’il a fait pour aider à résoudre les problèmes entre les États-Unis et Cuba ».

Raul était arrivé à 9h 30 à la Salle Paul VI du Vatican, lieu de la réunion, à l’entrée de laquelle il était attendu par une foule de journalistes venus couvrir l’événement.

Le président cubain a été accueilli par Mgr Georg Ganswein, avant d’être reçu par le Pape dans son bureau privé.

Par la suite, Raul et le Pape François sont passés dans une salle contiguë, où ils ont salué les délégations respectives. Raul a offert au pape un tableau de l’artiste cubain Alexis Leiva Machado (Kcho), appelé Miracle et inspiré du thème de l’immigration des clandestins arrivant sur l’île de Lampedusa, et qui selon les dires de l’artiste, est l’esclavage des temps modernes.

Le Pape a remis au président cubain une monnaie commémorative de la deuxième année de son pontificat, et son exhortation apostolique, texte de base de son pontificat, « l’Evangile de la joie ». La presse locale a mis l’accent sur la longueur de l’entretien, ainsi que sur le jour de l’accueil, le Pape François ayant pour coutume de recevoir ses visiteurs le dimanche.

Peu de temps avant de prendre l’avion pour regagner Cuba, et à l’issue de son entretien avec le Premier ministre italien Matteo Renzi, Raul a animé un point de presse où il s’est une nouvelle fois félicité de cette visite, notamment de sa « conversation agréable avec le Pape ».

Il a fait l’éloge de la sagesse et de la modestie du Souverain Pontife, avant d’évoquer ses études dans un collège de jésuites. Raul s’est engagé à assister à toutes les messes que le Saint Père célébrera au cours de son prochain séjour dans l’Île au mois de septembre.

Rappelons que les relations avec le Vatican datent d’il y a 80 ans, et qu’elles ont connue plusieurs étapes comme la visite du leader historique de la Révolution Fidel Castro Ruz au Saint Siège, en 1996 ; le voyage de cinq jours à Cuba du Pape Jean-Paul II, en 1998, et, quatorze ans plus tard, la visite de Benoît XVI.

NOUVELLE PAGE DANS LES RELATIONS AVEC L’ITALIE

Le Premier ministre Matteo Renzi a qualifié sa réunion avec le président Raul Castro de « nouvelle page dans les relations entre Cuba et l’Italie ».

« C’est un jour de joie pour nos deux gouvernements, qui ont travaillé des mois durant et continueront de travailler. C’est un grand jour pour tous les Italiens qui aiment Cuba et pour tous les Cubains qui aiment l’Italie. Nous avons pu confirmer que beaucoup de choses changent, que l’histoire a suivi son cours, et nous entendons être les acteurs des temps nouveaux », a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse.

Le chef du gouvernement italien s’est déclaré convaincu que « nous pouvons faire beaucoup de choses ensemble ». Et d’ajouter : « Le défi est de taille. Le plus difficile réside dans la création d’un monde plus juste qui combat la pauvreté, les asymétries et les injustices, et qui permet à tous les pays de construire un nouveau chemin. L’Italie et Cuba seront des acteurs de premier plan dans cet effort ».

Matteo Renzi a considéré que « pour nous c’est un jour spécialement important, mais que le meilleur est encore à venir ».

Pour sa part, Raul a qualifié d’importante sa réunion avec le Premier ministre italien. « Nous avons abordé une infinité de sujets, des temps passés et actuels et des relations historiques entre Cubains et Italiens. Les relations sont bonnes, les échanges commerciaux progressent et continueront indubitablement de progresser », a-t-il indiqué.

Le général d’armée Raul Castro a signalé que « l’Italie joue à l’heure actuelle un rôle essentiel dans les négociations que nous menons avec l’Union européenne et que nous espérons conclure cette année. Il existe des divergences, mais nous devons apprendre à vivre avec nos divergences, comme nous sommes en train de le faire avec les États-Unis. Il faut être respectueux des idées des autres, même si elles sont différentes des nôtres », a affirmé Raul, avant d’enchaîner : « Ces différences n’auraient jamais dû exister, mais elles furent importées avec d’autres scénarios éloignés des divergences que nous sommes en train de surmonter ».

Concernant la réalité cubaine, il a affirmé : « Nous nous consacrons corps et âme au perfectionnement de notre système économique, politique et social. Ce n’est pas une tâche facile. Le travail est plus complexe qu’on ne l’avait imaginé au début, surtout parce que nous ne voulons pas prendre la moindre mesure qui puisse affecter notre population. Nous ne voulons pas de politique de choc ».

Plus loin, il a rappelé qu’on accuse Cuba de ne pas respecter les droits de l’Homme, soulignant que cette accusation est particulièrement nocive lorsqu’elle est employée à des fins politiques, « pour faire de la mauvaise politique ». « Nous reconnaissons nos erreurs, nos difficultés, mais nous avons résisté et nous continuons d’aller de l’avant », a-t-il dit.

Avant son départ, Raul s’est déclaré satisfait de sa visite en Italie et il a remercié le Premier ministre pour l’accueil réservé à la délégation cubaine, avant d’annoncer qu’il avait remis à M. Matteo Renzi une invitation pour une visite à La Havane cette année même.

Ainsi s’est achevée une tournée commencée le 2 mai qui a conduit le président cubain et sa délégation en Algérie, en Russie et en Italie, pays qui lui ont réservé une hospitalité et un accueil chaleureux.

Raul est arrivé le dimanche 10 mai à l’aéroport international José Marti de La Havane, où il a été reçu par les membres du Bureau politique José Ramon Machado Ventura, deuxième secrétaire du Comité central du Parti, et le ministre de l’Intérieur, le général de corps d’armée Abelardo Colomé Ibarra.

(Granma)

Deja un comentario

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos necesarios están marcados *

*