Actualité »

La presse qui appuie le gouvernement espagnol reconnaît que celui chantage Cuba avec le sujet ETA dans le dialogue avec les Etats-Unis

 

prensa gobierno españolPendant des années, le message «anti-terroriste» plus fort contre l’organisation basque ETA a été un facteur d’attraction de votesleu Parti Populaire Espagnol, actuellement au pouvoir (1). En net recul dans les sondages pour les prochaines élections (2), ce parti essaie maintenant de ressusciter le fantôme d’ETA, malgré cet organisation a cessée son activité armée il y a plus de trois ans (3).

Dans ce scénario, une nouvelle campagne est menée par les journaux proches au gouvernement espagnol, y compris “El Mundo” (4) et “ABC” (5) concernant la présence de membres de l’ETA à Cuba.

Tout a commencé avec la récente visite à La Havane de Jose Luis Rodriguez Zapatero, exprésident du gouvernement espagnol. Sa visite privée a été formulée dans une initiative internationale qui demande aux gouvernements l’abolition définitive de la peine de mort. Cuba la garde encore dans son Code pénal, mais ne l’applique pas depuis plus de 12 ans (6).

Le président cubain Raul Castro s’est occupé personnellement de la demande de Zapatero, qui à son tour a appuyé Cuba dans sa revendication à être enlevé de la “liste des pays qui soutiennent le terrorisme», défini par la Maison Blanche et qui entraîne des sanctions ajoutées au blocage qui le pays souffre déjà (7).

Le fait que Raul Castro ait reçu Zapatero et qu’il n’ait pas reçu en noviembre l’actuel ministre espagnol des Affaires étrangères Jose Manuel Garcia-Margallo, a irrité suprêmement le gouvernement espagnol et sa presse la plus proche (8).

Le journal “El Mundo” même publié, en un peu plus d’une semaine, jusqu’à 16 notes et articles justifiant la colère du gouvernement espagnol (9).

Le Ministre García-Margallo a critiqué Zapatero avec un argument qui découvre comment l’Espagne essaie d’entraver le naissante dialogue entre Cuba et les États-Unis: Madrid demanderait la Maison Blanche de maintenir Cuba dans cette «liste de pays terroristes» tandis que La Havane n’extrade pas à Madrid deux membres de l’ETA résidants à Cuba (10).

Ainsi, le gouvernement et la presse espagnole ont saisi l’occasion de faire revivre le mythe de la présumée collaboration du gouvernement cubain avec l’ETA.

Rappelons-nous que ces personnes ont été accueillis à Cuba – comme d’autres au Panama, l’Uruguay, le Nicaragua, le Cap-Vert, Sao Tomé, le Venezuela et la République dDominicaine – il y a plus de 30 ans par une demande expresse du gouvernement espagnol de Felipe González (11). La demande actuelle pour l’extradition de deux d’entre eux serait fondée sur le fait que leurs noms figuraient – à ce qu’on supose – dans l’ordinateur du chef de la guérilla colombienne tué en 2008, Raúl Reyes (12), dont les disques durs ont été, selon de nombreuses organisations des droits humains, manipulés par les services d’ìntelligence colombiens (13).

La demande d’extradition semble, en plus, hors du temps: les FARC sont en train de négocier avec le gouvernement colombien, depuis deux ans, une paix définitive précisément à La Havane (14). Et ETA a cessé d’utiliser les armes depuis plus de trois ans (15).

Le 28 Février, la journaliste du journal “El Mundo” Angeles Escriva, dans un texte intitulé “L’Espagne demande l’extradition de deux memebres historiques de l’ETA à Cuba”, a exercé de porte-parole de facto du gouvernement espagnol (16). `La Havane n’a pas répondu (à la demande de l’extradition) – at-elle dit – malgré (…) il est essentiel pour que l’Espagne soit favorable à la demande” de Cuba d’être retiré de la liste américaine des pays partenaires avec le terrorisme.

Ce chantage arrogant et néocoloniale a joué un mauvais tour à la journaliste, qui a commis deux lapins dans l’anthologie de la nouvelle.

Premièrement, elle a déclaré que “le sujet (des extraditions) est la clé pour que l’Espagne retire le régime de Castro de la liste des pays qui collaborent avec le terrorisme”. C’est à dire, elle a confondu l’auteur de la fameuse liste et l’a attribué à l’Espagne, et non au gouvernement américain qui l’a vraiment fait. Et deuxièmement, en se référant à deux membres de l’ETA qui – à ce qu’on suppose – habitent aussi à Cuba, après avoir reconnu que “ni l’un ni l’autre ont des affaires pendantes” avec la justice espagnole, elle a ajouté que «leur extradition (en Espagne) démontrerai la bonne volonté” (de Cuba). La question est évidente: si ces gens n’ont pas des affaires pendantes, à quel juge devrait Cuba leur référer?

En bref, le Parti Populaire utilise, une fois de plus, le sujet rebattu du «antiterrorisme» pour attirer un électorat en fuite massive; et la grande presse espagnole accomplie, une fois de plus, son rôle de propagandiste. Dans ce cas, non seulement le gouvernement espagnol, mais aussi des positions de la politique américaine à la droite de la Maison Blanche (17).

(1) http://www.rebelion.org/noticia.php?id=175567

(2) http://www.huffingtonpost.es/2015/03/08/encuesta-metroscopia_n_6825502.html

(3) http://gara.naiz.eus/eta-anuncia-cese-definitivo-actividad-armada.php

(4) http://www.elmundo.es/espana/2015/02/28/54f19c98268e3e333d8b4573.html

(5) http://www.abc.es/espana/20150302/abci-margallo-zapatero-201503021054.html

(6) http://www.noticias24.com/internacionales/noticia/98762/raul-castro-recibio-en-cuba-al-expresidente-espanol-jose-luis-rodriguez-zapatero/

(7) http://noticias.terra.es/mundo/latinoamerica/zapatero-cierra-gira-a-cuba-que-causa-ira-del-gobierno-espanol,cd0ae7f51a7cb410VgnCLD200000b1bf46d0RCRD.html

(8) http://www.libertaddigital.com/espana/2015-02-26/margallo-muy-molesto-tilda-de-desleal-e-inoportuno-el-viaje-de-zapatero-y-moratinos-a-cuba-1276541747/

(9) http://www.elmundo.es/internacional/2015/02/27/54f0377be2704e240b8b4574.html

(10) http://www.elmundo.es/espana/2015/03/02/54f43ae7e2704e9b578b4576.html

(11) http://www.elconfidencial.com/espana/eta-venezuela-audiencia-nacional-20100324.html

(12) http://www.rebelion.org/noticia.php?id=191453

(13) http://www.rebelion.org/noticia.php?id=67521

(14) http://ecodiario.eleconomista.es/internacional/noticias/6507152/02/15/Negociaciones-de-paz-con-las-FARC-han-evitado-unas-5000-victimas-segun-un-informe.html#.Kku8X4RtayrP98C

(15) http://www.cubadebate.cu/noticias/2014/09/27/eta-hace-llamado-para-aprovechar-contexto-favorable-para-independencia-vasca-video/#.VP9gb47SmCU

(16) http://www.elmundo.es/espana/2015/02/28/54f119f5e2704e5d128b4579.html

(17) http://www.lavozdegalicia.es/noticia/internacional/2015/02/26/senador-republicano-dice-kerry-cuba-refugio-eta-farc/00031424974297652793132.htm

( José Manzaneda, de Cubainformación)

Deja un comentario

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos necesarios están marcados *

*