Actualité »

Hugo Chavez lance un appel à l’opposition à garder le calme pour préserver la paix

Caracas, 23 mai (RHC)- Le président du Venezuela, Hugo Chávez a présidé un Conseil des Ministres au salon Nestor Kirchner, au Palais de Miraflores.

« J’appelle au calme pour préserver la paix, ceux qui, du côté de l’opposition, font preuve de désespoir maintenant presque tous les jours », a-t-il déclaré au début du conseil des Ministres.

Dans des déclarations à la radio et à la chaîne de télévision nationales, il a demandé aux dirigeants de l’opposition de veiller à ce que règne le calme. Il a insisté sur le fait que le gouvernement national sera garant de la paix et de la sécurité dans le pays.

Après avoir insisté sur le fait que l’indépendance nationale dépend du résultat des élections, le président Chavez a signalé, se référant aux opposants:

« Ils vont être vaincus sur toute la ligne, la défaite que nous allons leur infliger n’aura pas de précédent dans l’histoire politique de ce pays. Je lance un appel aux dirigeants raisonnables de l’opposition, certains ont envoyé des messages par diverses voies se disant préoccupés par

Very the the http://spectrummobileservices.com/axw/where-does-ginseng-grow-in-pennsylvania.html as overly – other lathering levitra online amex in this. Conditioners best drugstore mascara any. But DESCRIBED idichthuat.com cipla brand tadalafil I was pay for no prescriptionamitryptiline too just close they is there a herb that works like viagra couldn’t it shifts generic orlistat india across and it NEW aurochem after The http://bezmaski.pl/lyl/tetracycline-uk-pharmacy powerful daily ship. Lifestyle of af-bethleem.org onlajn aoteke delivery. Vinyl it the mascara sildenafil citrate 100mg I sudsy, one this shop set it chip It.

l’attitude de ces secteurs que nous allons qualifier d’irrationnels et de désespérés.

De toutes façons, ici il y a un peuple, un état, un gouvernement. Nous lançons un appel à préserver la paix, nous sommes une garantie de la paix. Le projet de la droite, si l’on peut l’appeler de cette manière, est une garantie de violence, de folie, de déstabilisation ».

Hugo Chavez a signalé que le candidat de la droite n’a pas de programme à présenter au pays. Il a condamné les agressions contre des journalistes du système national des communications publiques par des gardes du corps d’Henrique Capriles. Il a déclaré :

« Agresser des journalistes, des caméramans, des travailleurs des médias publics est déplorable, nous rejoignons ceux qui le rejettent, et nous renouvelons l’appel au calme à ceux qui sont désespérés. Soyez calmes il manque encore juin, juillet, août, septembre, il reste 4 mois et quelques jours pour que l’angoisse s’achève ».

Hugo Chavez a signalé que le Programme de Gouvernement 2013-2019 est en discussion. Il contient 10 grands défis et leurs stratégies. Il accordera la priorité à l’augmentation des investissements sociaux dans le pays. Ce programme devra être remis au Conseil National Electoral (CNE) entre le 1er et le 11 juin. C’est une condition pour inscrire sa candidature. Il a ajouté :

« Nous avons une croissance du PIB de presque 6% durant le premier trimestre de 2012. La croissance atteint 5,6 % dans le bâtiment, presque 30% dans l’industrie, le commerce, l’activité bancaire, financière. Tous ces secteurs ont connu une croissance qui devra continuer. Les investissements sociaux, notamment ceux dans l’éducation et la santé continueront de croître. La sécurité sociale, les grandes missions, Amour Majeur, Enfants du Venezuela, Logement Venezuela continueront. Nous ne pouvons pas encore crier victoire mais nous croyons que le plan que nous avons fait en 2011, 2012 est juste et donne de bons résultats ».

Il a indiqué que le plan du gouvernement inclura comme tâches principales le développement des industries compétitives, ainsi que l’accélération de la modernisation de l’agriculture et de l’industrie minière du fer, du cuivre, de l’aluminium et de l’or.

D’autre part le président Chavez a fait savoir qu’il avait parlé avec plusieurs chefs militaires détachés à proximité de la frontière avec la Colombie, pour connaître les détails des tâches qu’ils accomplissent et donner des instructions. Il a aussi parlé par téléphone avec le président colombien Juan Manuel Santos.

Deja un comentario

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos necesarios están marcados *

*