Actualité »

The New York Times reconnaît le rôle chef de Cuba dans la lutte contre le choléra en Haïti

Le quotidien The New York Times publie un reportage sur la situation sanitaire en Haïti, dans lequel il reconnaît que l’intervention de Cuba a été décisive pour détecter les premiers cas de choléra et essentielle pour le traitement de l’épidémie qui au bout de 17 mois a tué plus de 7 050 Haïtiens. Plus de 531 000 cas ont été détectés.

Le quotidien étasunien explique que depuis le début de la maladie, seuls la Brigade médicale cubaine et les Médecins sans frontière ont soigné avec leurs propres ressources la plupart des cas.

« Cela n’avait aucun sens. Tout le monde était en Haïti. Il y avait la plus grande densité d’activistes humanitaires du monde. Cependant seuls les Cubains et nous, nous occupions des cas de choléra- a déclaré au quotidien étasunien Jann Libessart, porte parole des Médecins sans frontière

 

Il a assuré que le traitement donné par les Cubains, qui incluait des antibiotiques remis gratuitement aux malades, a évité la mort de milliers d’Haïtiens.

“Des autorités sanitaires à niveau mondial, préoccupées par le coût et la résistance aux médicaments, au début, s’étaient opposées à l’application d’antibiotiques. Elles étaient d’avis qu’ils devaient être destinés aux cas les plus graves.”- a-t-il ajouté.

La collaboration cubaine en Haïti depuis 13 ans est l’un des efforts qui sont victimes de la censure médiatique, arbitraire et préméditée.

Deja un comentario

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos necesarios están marcados *

*