Artículos de Fidel réflexions

Fidel réflexions »

Chávez, Evo Et Obama (Deuxieme Partie Et Fin)

Chávez, Evo Et Obama (Deuxieme Partie Et Fin)

Les déclarations de Barack Obama sur le point principal discuté aujourd’hui à l’Assemblée générale de cette organisation ne peuvent soulever les applaudissements que des canons, des missiles et des bombardiers de l’OTAN. Le reste de son discours sont des mots creux, dénués d’autorité morale et de signification. Constatons par exemple la vacuité de ses idées quand, dans un monde affamé et pillé par les transnationales et la surconsommation des pays capitalistes développés.

Fidel réflexions »

Chávez, Evo et Obama (Première partie)

Chávez, Evo et Obama (Première partie)

Je fais une pause dans les tâches qui occupent tout mon temps ces jours-ci pour dire quelques mots au sujet de la soixante-sixième session de l’Assemblée générale des Nations Unies qui offre une occasion singulière à la science politique. Cette réunion annuelle demande un gros effort et constitue une dure épreuve pour ceux qui occupent les plus hautes responsabilités politiques dans bien des pays. Quant aux amateurs de cet art, qui ne sont pas peu nombreux dans la mesure où il touche vitalement tout le monde, il leur est difficile d’échapper à la tentation d’observer ce spectacle interminable, quoiqu’instructif.

Fidel réflexions »

Une Déclaration Brillante et Courageuse

Une Déclaration Brillante et Courageuse

Les ennemis d’Hugo Chávez – ceux du dedans et ceux du dehors – sont maintenant à la merci de ses paroles et de ses initiatives. Il leur réserve sans aucun doute des surprises. Offrons-lui notre appui et notre confiance les plus résolus. Les mensonges de l’Empire et la trahison des bradeurs de patrie feront fiasco. Il y a aujourd’hui des millions de Vénézuéliens combatifs et conscients que l’oligarchie et l’Empire ne pourront plus jamais soumettre.

Fidel réflexions »

L’insoutenable Position De L’empire

L’insoutenable Position De L’empire

Nul ne peut garantir que l’Empire à l’agonie n’entraînera pas l’être humain dans la catastrophe. Tant que notre espèce vit, on a le devoir sacré d’être optimiste. Une autre conduite serait moralement inadmissible. Je me souviens du jour où, voilà presque vingt ans, j’ai affirmé qu’une espèce était en danger d’extinction : l’homme.

Fidel réflexions »

L’Assassinat d’Oussama Ben Laden

L’Assassinat d’Oussama Ben Laden

Obama ne peut cacher qu’Oussama Ben Laden a été exécuté devant ses enfants et ses femmes, maintenant aux mains des autorités du Pakistan, un pays musulman de presque deux cent millions d’habitants dont les lois ont été violées, la dignité nationale bafouée et les traditions religieuses outragées. L’opinion publique étasunienne, une fois passée l’euphorie initiale, en arrivera à critiquer des méthodes qui, loin de protéger les citoyens, finissent par multiplier les sentiments de haine et de vengeance contre eux.

Fidel réflexions »

Un Incendie Qui Peut Tout Embraser

Un Incendie Qui Peut Tout Embraser

On peut être d’accord ou non avec les idées politiques du Kadhafi, mais nul n’a le droit de contester l’existence de la Libye comme État indépendant et membre des Nations Unies. Le monde n’a pas encore atteint ce qui constitue aujourd’hui à mon avis une condition sine qua non de la survie de notre espècel: l’accès de tous les peuples aux ressources matérielles de cette planète, la seule de notre système solaire à réunir les facteurs les plus élémentaires de la vie que nous connaissons.

Fidel réflexions »

Le Nord Turbide et Brutal

Le Nord Turbide et Brutal

Il me semblait important que notre peuple connaisse les données précises contenues dans le document du Conseil d’État chinois. Si Cuba le disait, cela n’aurait pas d’importance : ça fait plus de cinquante ans que nous dénonçons ces hypocrites. Martí l’avait déjà dit voilà cent seize ans, en 1895 : « …la voie – qu’il faut bloquer, et que nous bloquons par notre sang – de l’annexion des peuples de Notre Amérique au Nord turbide et brutal qui les méprise… J’ai vécu dans le monstre et j’en connais les entrailles. »

Fidel réflexions »

Mon Absence du Comité Central

Mon Absence du Comité Central

Raúl savait que je n’accepterai aucun poste au parti dans mon état actuel, même s’il continuait de me désigner comme premier secrétaire et commandant-en-chef, des fonctions que, on le sait, j’avais déléguées dans ma Proclamation quand je suis tombé gravement malade. Je n’ai jamais plus tenté de les exercer, ce que je n’aurais jamais pu faire, d’ailleurs, d’un point de vue physique, même si j’ai considérablement récupéré ma capacité d’analyser et d’écrire. Raúl n’a jamais manqué, toutefois, de me faire part des idées qu’il envisageait.

Fidel réflexions »

Les Débats Du Congrès

Les Débats Du Congrès

Ce dimanche, à dix heures du matin, j’ai suivi les débats des délégués au Sixième Congrès du parti. Les commissions étaient si nombreuses que, bien entendu, je n’ai pas pu écouter tous ceux qui ont pris la parole. Cinq commissions pour discuter de nombreux points. J’ai profité moi aussi des pauses pour respirer calmement et consommer des aliments énergétiques d’origine agricole. Eux, sûrement d’un meilleur appétit du fait de leur travail et de leur âge.

Fidel réflexions »

Le Defile du Cinquantieme Anniversaire

Le Defile du Cinquantieme Anniversaire

J’ai eu le privilège de regarder le défilé impressionnant par lequel notre peuple a fêté le cinquantième anniversaire du jour où la Révolution s’est dite socialiste et de la victoire de Playa Girón. J’ai beaucoup apprécié les commentaires détaillés, la musique, les gestes, les visages, l’intelligence, la martialité et la combativité de notre peuple ; Mabelita, sur sa chaise roulante et le visage heureux, et les enfants et adolescents de La Colmenita, multipliés plusieurs fois.